les Parisiens découvrent l’odeur des champs… et ce n’est pas une bonne nouvelle

En confinement, les Parisiens se sont étonnés de sentir une odeur de ferme dans la capitale. Ces effluves proviennent de l’épandage agricole des exploitations alentour. Or, plusieurs études montrent que ces particules fines aggravent les impacts sanitaires lors de la contagion du Coronavirus. Alors que l’on demande aux agriculteurs de nourrir la population, l’appel à limiter ces épandages paraît inenvisageable. C’est une odeur que les habitants des grandes villes comme Paris, Lyon ou Bordeaux n’avaient plus l’habitude de sentir à cause de la pollution de l’air liée aux véhicules. Le…

Lire la suite

le confinement d’un tiers de l’humanité réduit la pollution de l’air de façon très nette… y compris à Paris

Avec la mise en place de mesures de confinement à l’échelle planétaire, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par l’Inde et l’Europe, la qualité de l’air commence nettement à s’améliorer. Cela a été mesuré en Chine, dans le nord de l’Italie et en France. Dans la région parisienne, l’air n’avait pas été aussi pur depuis 40 ans. Des rues désertes, des autoroutes fluides, un ciel dégagé… Alors qu’un tiers de l’humanité est désormais confinée en raison de la pandémie de coronavirus – dans la plupart des pays européens, en…

Lire la suite

[Coronavirus, le jour d’après] Retrouver une souveraineté alimentaire en France

Alors que la crise sanitaire liée au Coronavirus oblige la France au confinement, la question de la souveraineté alimentaire n’a jamais été aussi importante. Si le gouvernement assure qu’il n’y aura pas de pénurie, il est temps pour l’Hexagone de questionner son modèle : un fruit et légume sur deux que nous mangeons aujourd’hui est importé. Toute la semaine, Novethic se penche sur la fragilité de nos modèles économiques, secteur et secteur, mis en lumière par la crise sanitaire actuelle.  « Déléguer notre alimentation est une folie ». Cette phrase, prononcée par…

Lire la suite

Pour contrer la guerre des prix dans le bio, les agriculteurs lancent un label plus équitable

Face à la guerre des prix que mène la grande distribution dans la filière bio, les agriculteurs du secteur viennent de lancer le label Bio Français Equitable (BFE) qui intègre un volet social impliquant une juste rémunération des paysans. Alors que la filière bio change d’échelle à grande vitesse, ces agriculteurs veulent éviter à la filière de tomber dans les travers du conventionnel qui précarise les paysans. Le groupe Picard sera le premier à distribuer les produits BFE. Du bio à prix cassé, c’est un phénomène que les acteurs historiques…

Lire la suite

Contre les microplastiques, les fabricants devront équiper les machines à laver de filtres d’ici 2025

Lors du lavage, les vêtements fabriqués avec des fibres synthétiques libèrent des microparticules de plastiques qui se déversent dans les océans. Pour y remédier, une nouvelle mesure émanant de la loi économie circulaire oblige les fabricants de machines à laver de les doter d’un filtre d’ici 2025. Une « première mondiale », selon la ministre Brune Poirson.  L’industrie textile est très polluante et le grand public l’a désormais intégré. Mais le lavage des vêtements -particulièrement des fibres synthétiques comme le polyester – qui libère des tonnes de microparticules de plastique, est lui…

Lire la suite

Face à une transition agroalimentaire brutale, les défaillances d’entreprises se multiplient

Le secteur agroalimentaire subit les changements des habitudes des consommateurs. La montée en gamme des produits, plus sains, locaux, moins énergivores, associée à une guerre des prix et des tensions commerciales à l’international, a provoqué une hausse spectaculaire de défaillances d’entreprises dans le secteur, partout dans le monde. Une crise qui pourrait s’aggraver dans les prochaines années.  C’est un secteur en apparence en bonne santé. L’industrie agroalimentaire pèse 4,7 milliards de dollars et croît de 1,7 % par an depuis 2010. Elle est pourtant en train de traverser une crise,…

Lire la suite

Un nouvel outil pour prédire les futurs conflits liés à l’eau

Plusieurs organisations viennent de créer le WPS, Water Peace Security, un outil qui permet de prédire près d’un an à l’avance les futurs conflits liés à l’eau. Son atout est de prendre en compte les données climatiques mais aussi les facteurs socio-économiques qui participent à la naissance de ces conflits. Reste aux décideurs de s’en emparer pour mieux éviter ces désastres.  C’est une situation dramatique qui devrait se détériorer davantage avec la crise climatique. Aujourd’hui, un tiers de la population mondiale vit dans des pays qui connaissent des niveaux élevés…

Lire la suite

[Municipales] Paris, Nice, Grenoble… ces villes qui ont repris le pouvoir sur la gestion de l’eau

Bordeaux, Cherbourg, Rennes, Grenoble, Paris ou encore Nice, de plus en plus de villes tournent la page des privatisations en remunicipalisant la gestion de l’eau. Une question transversale qui a des incidences sur la santé, l’économie ou encore le changement climatique. Voici le neuvième épisode de notre série dédiée aux enjeux écologiques des élections municipales de 2020. Aujourd’hui, 1,4 million de Français ne bénéficient toujours pas d’un accès à une eau saine et 7,5 millions de personnes ne bénéficient pas d’installations sanitaires adaptées. Dans les territoires d’Outre-Mer, les chiffres sont…

Lire la suite

Lubrizol mis en examen pour les dégâts environnementaux du sinistre suite à l’incendie de son usine à Rouen

Publié le 28 février 2020 Cinq mois après le gigantesque incendie qui a ravagé l’usine Lubrizol à Rouen, le groupe a été mis en examen pour sa responsabilité dans les dégâts environnementaux causés par le sinistre, dont l’origine reste encore inconnue. Lubrizol France a été mis en examen pour « déversement de substances nuisibles » et pour des manquements dans l’exploitation de son usine ayant porté une « atteinte grave » à l’environnement, a annoncé jeudi 27 février le procureur de la République de Paris Rémy Heitz dans un communiqué. Au total, 9 505…

Lire la suite

Les Français ne sont jamais autant allés chez McDonald’s, figure emblématique du Salon de l’Agriculture

Publié le 28 février 2020 Des burgers végétariens, des glaces bio, des concombres 100 % français à la place des frites dans les Happy Meal… McDonald’s, symbole de la malbouffe, s’adapte à la demande des consommateurs et cela fonctionne. Jamais les Français ne sont autant allés dans cette chaîne de fast-food, qui fête ses 20 ans de présence au Salon de l’Agriculture. Un enjeu crucial pour les 34 000 agriculteurs qui travaillent avec l’enseigne. « Que serait McDonald’s sans les agriculteurs français ? » Ce slogan s’affiche en grand au salon de l’Agriculture.…

Lire la suite