les mauvaises surprises des acquisitions sur plan

Une retraite paisible sur les bords du lac du Bourget (Savoie), dans une résidence flambant neuve, c’était le scénario imaginé par cette Alsacienne, Christiane Azarian, jusqu’à l’apparition de défauts de fabrication dans son appartement. « Depuis 2014, le plafond fuit, c’est des terrasses au-dessus alors quand il pleut, l’eau stagne et ça ruisselle tout le long du mur », explique-t-elle. Elle venait d’acheter ce deux pièces, 5 000 euros le mètre carré. Déçue, elle essaie depuis lors de le revendre, mais son appartement est refusé par les agences immobilières. Depuis, Christiane Azarian a…

Lire la suite

une manifestation pour protester contre les logements insalubres

Des barrières projetées, des bombes lacrymogènes lancées. La place de la mairie de Marseille (Bouches-du-Rhône) a été le théâtre d’échauffourées en début de soirée mercredi 14 novembre en marge de la manifestation organisée pour protester contre les logements insalubres. La contestation s’accentue depuis l’effondrement des deux immeubles dans le quartier de la rue d’Aubagne qui ont fait huit morts. « Je suis étonnée que personne ne vienne nous parler, on est que des familles, des gens âgés. Je ne comprends pas, on est dans un but pacifique », regrette une…

Lire la suite

8 000 personnes manifestent contre le maire

La soirée du mercredi 14 novembre a été agitée devant la mairie de Marseille (Bouches-du-Rhône). 8 000 personnes ont manifesté sous les fenêtres de Jean-Claude Gaudin. L’objet de leur colère : l’habitat indigne, un peu plus d’une semaine après la mort de huit personnes suite à l’effondrement d’immeubles. Des échauffourées ont eu lieu : un face à face tendu s’est déroulé entre quelques dizaines de personnes et des CRS sans faire de blessés, mais cinq personnes ont été interpellées. Les premiers incidents ont éclaté vers 19h en marge de la marche…

Lire la suite

dans le quartier de Noailles, la peur de nouveaux effondrements

Noailles est un quartier de Marseille (Bouches-du-Rhône) sous haute surveillance. Depuis la catastrophe survenue lundi 5 novembre, les riverains qui n’ont pas encore été évacués vivent dans la colère et la crainte d’un nouvel effondrement. 180 signalements de péril ou de grande vétusté ont déjà été enregistrés par les services municipaux. La municipalité de la cité phocéenne tente de faire face à la demande et à l’inquiétude. Afin de garantir la sécurité des riverains, des capteurs lasers ont été installés sur les immeubles qui présentent un risque, en attendant la…

Lire la suite

C’est ma maison. Un « permis de louer » pour lutter contre le logement indigne

Un balcon s’est effondré samedi 10 novembre 2018 sur le cortège hommage au huit victimes des effondrements d’immeubles lundi 5 novembre à Marseille. (CHRISTOPHE SIMON/AFP) Après l’effondrement de deux immeubles d’habitation dans le centre de Marseille lundi 5 novembre et la mort de huit personnes sous les décombres, et après l’effondrement, hier samedi 10 novembre, d’un morceau de balcon sur le parcours de la marche blanche dédiée aux victimes et à leurs familles, des élus locaux demandent l’instauration d’un « permis de louer ». Certaines communes l’ont déjà mis en place.  Un « permis de…

Lire la suite

la cité Corot, une copropriété délabrée

C’est une cité à l’abandon dans les quartiers nord de Marseille (Bouches-du-Rhône). Hassen Abdallah y vit depuis un an. Avec sa femme et ses trois enfants, il occupe un quatre pièces au rez-de-chaussée. À peine une semaine après son arrivée, les problèmes ont commencé. Dans la salle de bain, le plafond s’est effondré. Dans la cuisine, l’humidité a rongé le plafond et il est même possible d’apercevoir des parpaings de l’étage supérieur. La famille paye 650 € de loyer par mois. Elle veut désormais quitter le logement, qu’elle trouve insalubre.…

Lire la suite

Un permis de louer pour lutter contre les logements insalubres

Dans le centre-ville de Mantes-la-Jolie (Yvelines), une inspectrice de la mairie a dû intervenir à la demande d’une occupante, inquiète de l’état de son immeuble. « Ici, on a une belle fissure. On a eu des problèmes électriques, avec des fils apparents. Les enfants devaient connecter les fils pour ouvrir et sortir des parties communes », constate l’inspectrice. Alertée, la préfecture a ordonné des travaux d’office pour le plus urgent, mais il reste tant à faire. À l’avenir, la mairie veut interdire les locations dans ce genre d’immeubles grâce au dispositif du permis…

Lire la suite