La Bourse de Paris limite la casse et cède 0,11%


La Bourse de Paris a fini quasi stable lundi (-0,11%), limitant ses pertes après un apaisement sur le front obligataire, les taux souverains ayant reflué après avoir atteint de nouveaux plus hauts en début de séance.

L’indice CAC 40, qui avait ouvert en baisse, a finalement cédé seulement 6,11 points pour terminer à 5.767,44 points.

Les anticipations de hausse d’inflation et de reprise économique, qui se traduisent par des hausses de taux d’intérêt sur le marché obligataire, incitent depuis plusieurs séances à des prises de bénéfices sur les marchés actions, qui deviennent moins attractifs.

« Si les rendements obligataires se redressent, c’est un sentiment qu’on va aller vers du mieux en termes de croissance, d’inflation, de reprise économique », souligne auprès de l’AFP Alexandre Baradez, responsable de l’analyse marché chez IG France.

« Les cas de contamination diminuent aux États-Unis de manière rapide, la vaccination s’accroît un peu partout, les indicateurs avancés ne sont pas mauvais », détaille-t-il.

Ainsi, le moral des entrepreneurs allemands s’est amélioré en février, porté par la bonne santé du secteur industriel, selon le baromètre IFO.

Le titre Airbus s’est envolé de 4,39% à 95,80 euros, profitant des déboires de son concurrent américain qui a immobilisé tous les Boeing 777 équipés du modèle de moteur mis en cause dans le spectaculaire incendie de réacteur d’un avion survenu dimanche dans l’ouest des États-Unis, soit 128 au total.

Le Royaume-Uni a de son côté décidé lundi d’interdire son espace aérien aux Boeing 777 équipés des moteurs en cause.

Aéroports de Paris (ADP) est monté pour sa part de 4,13% à 99,65 euros.

Sanofi, qui a annoncé lundi le lancement d’un nouvel essai clinique dit de « phase 2 » pour son principal candidat-vaccin contre le Covid-19 développé avec le britannique GSK, qu’il espère mettre à disposition au quatrième trimestre, a cédé 0,92% à 76,30 euros.

Le laboratoire a également annoncé qu’il allait produire en France le vaccin contre le Covid-19 de son concurrent américain Johnson & Johnson au second semestre, comme il s’apprête également à le faire pour celui développé par Pfizer-BioNTech.

Le géant du luxe LVMH a gagné 0,20% à 542,90 euros. Le groupe a annoncé avoir pris, via sa maison Moët Hennessy, une participation de 50% dans la marque de champagne Armand de Brignac du célèbre rappeur et producteur américain Jay-Z.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire