Face au terrorisme au Sahel, après les promesses, il est temps de passer aux actes




En sommet virtuel avec les présidents des pays du Sahel les 15 et 16 février, Emmanuel Macron a promis de “décapiter” les groupes terroristes. Il a annoncé que Paris ne se désengagerait pas de la lutte contre le terrorisme dans la région et le Tchad a promis 1 200 soldats supplémentaires. Des déclarations à saluer, estime cet éditorialiste burkinabé, mais qui ne suffisent pas.



Source link

A lire aussi

Laisser un commentaire