Jadot (EELV) accuse Pécresse d’instrumentalisation


L’eurodéputé EELV Yannick Jadot, candidat potentiel à la présidentielle en 2022, a accusé dimanche la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (Libres !) d’avoir instrumentalisé les déclarations médiatiques d’un professeur de Trappes au lieu de défendre le maire de la ville.

Valérie Pécresse, ainsi que Renaud Muselier, président de Régions de France, ont demandé vendredi la « révocation » du maire Génération.s Ali Rabeh, qui aurait distribué dans un lycée un tract « attaquant frontalement » Didier Lemaire, ce professeur de philosophie dont les déclarations ont eu une importante répercussion médiatique.

Le prof, « l’emprise » islamiste et la politique: retour sur une semaine de polémiques à Trappes

L’enseignant avait dénoncé « la progression d’une emprise communautaire toujours plus forte » sur ses élèves et « l’absence de stratégie de l’Etat pour vaincre l’islamisme ».

« Un sujet hautement inflammable »

En conflit avec Didier Lemaire, Ali Rabeh se dit de son côté victime de « menaces de mort », pour lesquelles il a déposé plainte.

Yannick Jadot a déploré sur BFMTV que « des responsables politiques instrumentalisent les faits », sur « un sujet hautement inflammable, celui de l’islamisme », citant « Valérie Pécresse, qui attaque le maire de Trappes » alors que celui-ci « défend sa ville ».

Benoît Hamon demande la protection d’Ali Rabeh, le maire de Trappes« L’opposition a instrumentalisé les déclarations d’un professeur de philosophie pour foutre le bazar dans la politique locale », a-t-il accusé.

Pour l’eurodéputé écologiste, Ali Rabeh a certes fait l’« erreur » de distribuer des tracts dans le lycée, mais il faut mettre à son crédit qu’« il ne nie pas les difficultés et rappelle avec justesse à quel point les maires aujourd’hui sont les poilus de la République, notamment dans les banlieues ».

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a proposé en milieu de semaine une « protection rapprochée » au professeur, qui l’a acceptée, en expliquant qu’il allait par ailleurs « quitter l’enseignement, mais pas forcément l’Education nationale ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire