L’Allemagne prolonge ses restrictions malgré la grogne



Le relâchement n’est pas pour maintenant. Malgré le mécontentement suscité Outre-Rhin par les restrictions dues à la crise sanitaire, Angela Merkel a annoncé le 10 février la prolongation jusqu’au 7 mars de la plupart des contraintes imposées pour lutter contre le Covid. A peine la Chancelière a-t-elle fait quelques concessions.

Commerces non alimentaires, restaurants, cafés, musées ou encore équipements sportifs resteront ainsi fermés au-delà de la date fixée jusqu’ici au 14 février, « compte tenu de l’incertitude concernant la propagation des variants du virus », a expliqué Angela Merkel, à l’issue d’une réunion sur le sujet avec les représentants des 16 Etats régionaux du pays.

Inquiétude dans le Tyrol

Elle a néanmoins indiqué que les salons de coiffure pourront rouvrir le 1er mars, à condition d’adopter un strict protocole sanitaire, et que les écoles pourraient faire de même là où les conditions locales le permettront. Se félicitant que les chiffres des infections ces dernières semaines « s’améliorent », Mme Merkel a justifié la prolongation des restrictions, dont certaines ont été mises en place dès novembre, en raison de la propagation récente des variants sud-africain et britannique, jugés plus contagieux.

« Nous avons cette grande incertitude concernant la mutation. Nous devons être très clairs: elle prendra le dessus (…) si nous n’obtenons pas une meilleure traçabilité, il peut arriver très rapidement que nous ayons à nouveau une croissance exponentielle » du nombre de cas, a-t-elle averti. Angela Merkel a d’ailleurs indiqué s’être entretenue avec le chancelier autrichien Sebastien Kurz « pour lui faire part de (son) inquiétude concernant la mutation du virus sud-africain au Tyrol », région frontalière de la Bavière et actuellement région de l’Union européenne où ce variant est le plus répandu.

Eviter la troisième vague

Angela Merkel a cependant estimé que l’amélioration relative des chiffres récemment « montre que les mesures imposées ici, souvent très strictes et très dures, portent aujourd’hui leurs fruits ». Ces derniers jours, l’Allemagne a enregistré en moyenne quelque 8.000 nouvelles infections au Covid-19 par jour. « Mais nous voulons éviter une troisième vague » et cela ne pourra se faire « que si tous les cas contacts peuvent être retracés », a expliqué la chancelière.

Le résultat des tractations du jour reflète les conflits qui agitent le pays sur le bien-fondé des restrictions anti-Covid, au moment où le mécontentement de la population allemande à leur encontre ne cesse de croître. Le degré d’acceptation des restrictions a baissé à 50% contre 65% début janvier, selon une enquête YouGov parue cette semaine. Mais après plus de cinq heures de négociations, Angela Merkel, qui plaide pour la fermeté pour combattre le virus, a réussi à imposer sa ligne.

Système fédéral « compliqué »

Pour parvenir à ses fins, elle a néanmoins dû faire des concessions: elle voulait au départ une prolongation jusqu’au 14 mars et pas seulement jusqu’au 7. Et elle voulait attendre le mois de mars pour offrir aux écoles la possibilité de rouvrir. Sur ces deux points, elle a dû céder face aux pressions des Länder qui ont la haute main sur les questions sanitaires et scolaires. Angela Merkel a défendu malgré tout mercredi soir le système fédéral allemand « même s’il est parfois compliqué ».

Le gouvernement et les 16 chefs d’exécutifs régionaux, qui se sont donnés rendez-vous pour une nouvelle rencontre de ce type le 3 mars, se sont également mis d’accord pour durcir les critères de réexamen pour l’avenir. Ainsi désormais ce n’est qu’à partir du moment où l’incidence sur 7 jours ne dépassera pas 35 nouvelles infections pour 100.000 habitants -contre un seuil de 50 jusqu’ici- que l’activité économique et culturelle pourra revenir à la normale. Ce taux d’incidence a atteint pour la première fois depuis trois mois 68 mercredi.

(avec AFP)



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire