Baisse des pesticides: les aides publiques pas à la hauteur



« Est-ce que chaque euro d’argent public que l’on met participe au bien public? » Dans la question de l’ancien ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, se lit la critique de la politique de réduction des pesticides qui émerge du dernier rapport du think tank de sa fondation. Car pour comprendre les raisons d’un « échec qui ne dit pas son nom » selon les mots employés par le think tank –un objectif français de réduction des pesticides de 50% d’ici à 2025 mais une utilisation en hausse de 25% entre 2009 et 2018, rappelle-t-il-, il s’est penché sur la question des financements publics et privés à destination des secteurs agricoles et de l’alimentation. Résultats? Seul 1% des financements publics s’avérerait efficace pour contribuer à cette réduction des pesticides.

Lire aussiCe que cache l’explosion des ventes de pesticides en 2018

220 millions d’euros d’aides publiques efficaces

PAC, aides nationales, allégements fiscaux… au total ce serait 23,2 milliards de financements publics qui seraient versés chaque année aux acteurs de l’alimentation, dont 73% aux agriculteurs. Mais seuls 11% de cette somme auraient pour intention de contribuer à la baisse des pesticides et seul 1% y contribuerait effectivement selon le think tank: les soutiens à l’agriculture bio et quelques mesures agro-environnementales et climatiques.

Soit 220 millions d’euros sur l’enveloppe de 23,2 milliards. « Au-delà des intentions, on ne se donne pas les moyens », regrette Nicolas Hulot qui estime que le « gap » qui peut exister dans les politiques publiques entre « les promesses de l’Etat et la réalisation participe à la défiance entre la population et les politiques ».

Du côté des financements privés –évalués à 19,5 milliards d’euros, quasiment autant que les financements publics-, le think tank de la Fondation Nicolas Hulot estime qu’ils ont tendance à « conforter le système en place ». Exemple? Les exploitations agricoles qui sont les plus utilisatrices de pesticides mobilisent « 60% d’emprunts de plus que les exploitations les moins intensives en pesticides ». De quoi accentuer un tiraillement du monde agricole entre deux chemins: réduire l’utilisation des pesticides… ou non. Et la FNH de préciser que les exploitations les plus utilisatrices des produits phytosanitaires -9% des exploitations françaises- ont augmenté leur consommation de 55% en dix ans quand les moins utilisatrices ont baissé la leur de 1% sur la même période. Entre les deux, 57% des exploitations seraient dans la moyenne de l’utilisation des pesticides.

Utiliser la PAC comme levier

Face à la situation, la FNH recommande de mobiliser deux leviers pour « accompagner les agriculteurs, renouveler les générations et responsabiliser les acteurs »: la PAC mais aussi la fiscalité via la mise en place d’un système de bonus-malus sur le principe du pollueur-payeur. Une suggestion fort à propos puisque les discussions sur la future PAC et sa déclinaison nationale devraient s’achever cette année. Sans oublier que le contexte est porteur aussi du côté des consommateurs: la tendance des consommateurs à aller vers plus de produits de qualité. 62% des Français indiquent être plus attentifs à l’impact environnemental des produits qu’ils achètent depuis la crise sanitaire, selon une récente étude de l’ObSoCo. Et la consommation de produits bio se porte bien. Mais l’impact environnemental n’est malgré tout que le 5e critère d’achat de produits alimentaires selon cette même étude, loin derrière le prix qui continue d’être le premier motif d’achat (devant des produits sûrs, sans ingrédients controversés cependant).

Accompagner les agriculteurs, c’est aussi le leitmotiv du gouvernement. C’est ce qu’a d’ailleurs redit le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, interrogé devant l’Assemblée nationale début décembre sur la question du glyphosate. Il annonçait alors l’instauration d’un crédit d’impôt et 80 millions d’euros supplémentaires dans le plan de relance pour porter à 215 millions la somme allouée à la transition agro-écologique. Suffisant pour impulser un mouvement durable à la baisse de l’usage des pesticides? Le gouvernement s’était félicité dès juin d’une forte chute, chiffres provisoires des ventes de l’année 2019 à la clé (l’étude du think tank de la FNH s’arrête à 2018): les quantités de substances actives vendues en usage agricole ont ainsi fondu de 44% sur un an, celles de glyphosate de 35%. Rappelons tout de même que 2018 avait au contraire connu une forte hausse des ventes de pesticides. Reste à savoir comment évoluera la tendance dans les prochaines années. Sur la question du glyphosate, le sujet reste étroitement lié à l’existence d’alternatives viables économiquement –ce qui bloque encore dans certaines situations-, ainsi qu’au niveau européen puisque la réautorisation de ce produit sera débattue en 2022.

Lire aussiGlyphosate: ces chiffres qui montrent que la France est encore loin de la sortie



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire