Finalement, YouTube suspend la chaîne de Trump indéfiniment


Privé de ses comptes sur plusieurs réseaux sociaux après la violente invasion du Capitole le 6 janvier, Donald Trump a vu son compte YouTube suspendu par la plateforme de vidéos pour une durée indéterminée, a-t-on appris ce mercredi 27 janvier. Rudy Giuliani, l’avocat de l’ex-président, a lui été privé de la monétisation de ses vidéos.

YouTube, qui avait suspendu une première fois le 13 janvier la chaîne du président sortant (2,77 millions d’abonnés) après l’invasion du Capitole, avait annoncé il y a une semaine, à la veille de l’investiture de Joe Biden, prolonger cette suspension de sept jours minimum.

« Unité, unité » : le rameau d’olivier de Joe Biden aux Etats désunis d’Amérique

La plateforme de vidéos, propriété de Google, avait été critiquée pour la lenteur de sa réponse, après des mesures plus radicales d’autres réseaux sociaux. YouTube a simplement suspendu toute publication de nouvelles vidéos sur la chaîne officielle de l’ancien chef d’Etat.

« Compte tenu des préoccupations concernant des actes de violence toujours potentiels, le chaîne de Donald J. Trump restera suspendue », a déclaré une porte-parole de YouTube à Politico, un site d’information américain.

Un appel dans les 30 jours

YouTube a également confirmé ce mardi à l’AFP avoir temporairement suspendu Rudy Giuliani, ex-maire de New-York de son programme de « partenaires » pour avoir enfreint de façon répétée les règles de la plateforme sur la désinformation autour des élections américaines. Sa chaîne, suivie par environ 600 000 abonnés, ne pourra plus lui rapporter de revenus via les publicités diffusées.

Au jour de l’investiture de Biden, les QAnon croient encore et toujours à l’avènement de Trump

L’ancien maire de New York a alimenté les théories complotistes soutenues par de nombreux proches de Donald Trump, selon lesquelles le scrutin présidentiel a été truqué en faveur de Joe Biden. Il avait notamment affirmé sur son émission sur YouTube que les machines électorales de la société Dominion Voting Systems avaient contribué à « voler l’élection » à l’ex président républicain : celle-ci a attaqué lundi en justice pour diffamation Rudy Giuliani, lui réclamant 1,3 milliard de dommages et intérêts pour avoir nui à sa réputation et mis en danger ses employés.

Le site a précisé que les chaînes retirées du programme de monétisation pouvaient faire appel ou renvoyer une nouvelle candidature dans les 30 jours, à condition que les problèmes en cause aient été résolus. Rudy Giuliani, 76 ans, est par ailleurs menacé d’exclusion du barreau new-yorkais.

DOSSIER. Joe Biden au chevet d’une Amérique meurtrie





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire