Verdict la semaine prochaine sur les effets du couvre-feu en France


Le verdict sur les effets du couvre-feu tombera la semaine prochaine, a indiqué dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran, qui évoque la prise de « mesures supplémentaires », appelées « confinement », « si ça ne baisse pas et si les variants commencent à se diffuser partout ».

« J’attends d’abord d’être fixé sur les effets du couvre-feu. On le sera la semaine prochaine », déclare le ministre de la Santé au Parisien de dimanche. « Si ça ne baisse pas, si les variants commencent à se diffuser partout, alors on prendra des mesures supplémentaires, évidemment ». « Et cela s’appelle le confinement », ajoute-t-il.

« Si on voit que le virus se remet à progresser fortement, on ferme. On le fera si on n’a pas le choix », poursuit Olivier Véran. « Celui qu’on a instauré en octobre a été efficace. Mais je peux vous dire qu’il n’y a pas de plan caché, ni de scénario préécrit ».

Sur les ratés de de la campagne vaccinale, le ministre a assuré qu’il n’y aurait plus de « mauvaise expérience » dans la répartition des doses de vaccins par centre de vaccination.

Olivier Véran dans les studios de TF1 avant une interview, le 21 janvier 2021 (AFP/Archives – STEPHANE DE SAKUTIN)

« Dès ce début de semaine, les Français sauront sur le site , de combien de vaccins dispose chaque centre et le nombre de rendez-vous déjà pris. Cela va grandement faciliter les choses », promet-il.

Interrogé sur la mise en place d’un passeport vaccinal, le ministre a estimé que pour l’heure « la question ne se pos[ait] pas car tout le monde n’a pas encore accès au vaccin, et on ne sait pas s’il empêche la transmission ». Mais « dans quelques mois quand les choses auront évolué, on ne pourra pas priver les Français de ce débat », estime le ministre.

Se félicitant d’un « taux d’adhésion » à la vaccination supérieur aux attentes — « on espérait 70% d’adhésion dans les Ehpad, on est au-dessus », tout comme pour les soignants « où l’on misait sur 50% » — Olivier Véran anticipe un taux de couverture vaccinale « très élevé ».

Evoquant la question du désarroi des étudiants, le ministre a annoncé travailler à la mise en place d’un dispositif de « premiers secours en santé mentale ». « Huit facultés le proposent aujourd’hui, je veux le généraliser, y compris dans le monde de l’entreprise », a-t-il précisé.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire