Pour Macron, la France est devenue « une nation de 66 millions de procureurs »


Masques, tests, campagne vaccinale, détresse des étudiants, monde de la culture sacrifié… Les critiques contre la gestion de la crise du Covid-19 sont légion depuis le début de la crise sanitaire. Emmanuel Macron a déploré ce jeudi 21 janvier une « espèce de traque incessante de l’erreur ».

Venu présenter à Saclay (Essonne) un plan d’investissement national de 1,8 milliard d’euros dans les technologies quantiques, le président a vanté cette annonce, estimant que « cette stratégie assume la part de risques et d’erreurs ».

« Et je le dis parce que ce qui va avec la défiance française, c’est aussi cette espèce de traque incessante de l’erreur, a-t-il ajouté. Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs ».

« Les étudiants sont-ils les derniers de cette putain de cordée ? » : la colère d’Olivier Ertzscheid

Pour Emmanuel Macron, « ce n’est pas comme ça qu’on fait face à une crise ou qu’on avance ».

« Nos erreurs sont ce qui nous apprend le plus »

« Celui qui ne fait pas d’erreur, c’est celui qui ne cherche pas, qui ne fait rien ou qui mécaniquement fait la même chose que la veille », a estimé le chef de l’Etat.

« Nous avons besoin d’avoir des femmes et des hommes qui cherchent, qui ont la capacité à inventer ce qui n’est pas encore perceptible et à se tromper pour pouvoir corriger le plus vite possible et s’améliorer. C’est ça, ce qui fait une grande nation », a-t-il développé, ajoutant que « nos erreurs sont ce qui nous apprend le plus ».

« A mesure que la défiance envers les institutions augmente, celle envers le vaccin augmente aussi »

Le chef de l’Etat a estimé que « l’un des problèmes de la France, c’est la défiance », « largement documentée par beaucoup de chercheurs ». « Moi, je crois qu’on y arrive par la confiance », a-t-il poursuivi, insistant aussi sur la nécessité de « toujours continuer à regarder l’horizon et préparer le lendemain » car « sinon nous subirons les crises à venir ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire