Test Blu-ray : Yuki – Le secret de la montagne magique


Yuki – Le secret de la montagne magique

Japon : 1981
Titre original : Yuki
Réalisation : Tadashi Imai
Scénario : Akira Miyazaki
Acteurs (VO) : Chie Ushihara, Akiji Kobayashi, Kazuko Sugiyama
Éditeur : Rimini Éditions
Durée : 1h26
Genre : Animation, Fantastique
Date de sortie cinéma : 9 septembre 2020
Date de sortie DVD/BR : 20 janvier 2021

Yuki vit au ciel avec ses grands-parents, qui veillent sur la Terre. L’année de ses 13 ans, elle est envoyée chez les humains pour faire revenir la paix. Elle aura un an pour mener à bien sa mission, au risque d’être transformée en un sombre vent hurlant. Confrontée au mauvais sort des habitants d’un village du Japon féodal, elle découvre que la cause de tous leurs maux est bien plus mystérieuse que ce que l’on croit…

Le film

[4/5]

Sorti dans les salles japonaises en 1981, Yuki – Le secret de la montagne magique s’était vu distribué en VHS dans les années 80 chez PJC (Productions Jacques Canestrier), sous le titre Yuki – Le combat des shoguns. Presque quarante ans après sa sortie initiale, le film de Tadashi Imai connaîtrait finalement les honneurs d’une distribution – très limitée – en France en septembre 2020, dans une quinzaine de salles et alors que la situation sanitaire liée à la crise du Covid-19 avait déjà de toute façon déserté toutes les salles de l’hexagone.

En toute honnêteté, à moins d’être sérieusement porté sur l’histoire de l’animation japonaise, Yuki – Le secret de la montagne magique est un « classique » que personne ne connaissait réellement jusqu’ici. Le nom de Tadashi Imai n’est d’ailleurs pas traditionnellement associé à l’animation, et le nom du studio Mushi Production ne réveillera d’étincelle que dans les yeux de quelques amateurs éclairés – ceux ayant lu il y a quelques années notre article consacré à Animerama par exemple. Mushi était donc le studio d’Osamu Tezuka (Astro le petit robot), ayant fait faillite en 1973, mais qui ressuscita en 1977 sous l’impulsion, notamment, de la Nikkatsu, qui souhaitait produire des films d’animation.

Pour autant, et malgré la modestie technique de l’ensemble et les multiples défauts de son animation, Yuki – Le secret de la montagne magique n’en est pas moins un charmant petit dessin animé, nous proposant une histoire très simple mais forte, et suffisamment original dans sa représentation des luttes de pouvoir dans la campagne du Japon féodal pour maintenir en éveil l’intérêt du spectateur durant une heure et demie. Les luttes de classe entre seigneurs, samouraïs et paysans sont habilement mises en scène, avec une insistance toute particulière portée aux déshérités, aux orphelins et aux gamins des rues. Si bien sûr le film ne fait pas dans la glorification des valeurs communistes, on perçoit tout de même un bel humanisme de la part du réalisateur Tadashi Imai, qui parvient à intégrer dans Yuki – Le secret de la montagne magique une poignée d’idées assez inédites dans le genre du dessin animé.

On notera par ailleurs que cette idée de dessin animé conscientisé se retrouve jusque dans l’utilisation, dans la dernière bobine, de la figure du démon Majin, le titan de pierre qui avait été le héros de trois films que l’on avait évoqués en 2020 à l’occasion de leur sortie en Blu-ray. Derrière leur apparence de kaijū eiga, les trois films de la saga Majin cachaient en effet un véritable discours social sur l’oppression et l’exploitation des masses dans le Japon féodal – l’utilisation de ce monstre et précisément de celui-ci au sein de tous les Yokai du folklore japonais n’est probablement pas fortuite.

Côté technique malheureusement, les artistes et animateurs de chez Mushi font certes de leur mieux, mais le manque de budget est parfois un poil trop flagrant. Dans le but de faciliter l’animation de certaines séquences, Tadashi Imai se permettent néanmoins quelques audaces payantes (fonds noir, utilisation de plans non animés…). Cependant, mettre les défauts et les limites de l’animation du film sur le compte de son âge serait une erreur, dans le sens où Yuki – Le secret de la montagne magique n’apparaît pas aujourd’hui comme « démodé » ou dépassé, mais semble tout simplement avoir été mis en chantier de façon un peu anachronique.

Ainsi, le film avait probablement déjà dix ans de retard dans les techniques d’animation au moment de sa sortie – on notera par exemple peu de différences entre l’animation d’un film tel que Cléopâtre (1970) et celui-ci, pourtant réalisé dix ans plus tard. Cela dit, le fait est que le film s’impose comme très joli à sa manière, et même assez unique en son genre. Côté dessins en revanche, la désuétude n’est pas de mise : on navigue même en plein début des années 80, puisque le character design a été confié à Tetsuya Chiba. Ses faciès joufflus, son trait plein, ses formes rondes et ses personnages aux dents proéminentes sont absolument typique de l’animation japonaise de la fin des années 70 et du début des années 80 – on pense notamment aux dérives comiques du dessin de Leiji Matsumoto pour Albator.

Le Combo Blu-ray + DVD

[4,5/5]

Le Blu-ray de Yuki – Le secret de la montagne magique édité par Rimini Editions fait honneur à la charmante réussite visuelle un peu désuète du film. L’image est d’une précision à couper le souffle, les couleurs sont vraiment éclatantes. La définition est précise, le grain d’origine très présent, les contrastes tranchent dans le vif, et on saluera la fort belle tenue des noirs, qui s’avèrent très profonds. Niveau son, VO et VF d’origine s’offrent des mixages DTS-HD Master Audio 2.0 aux dialogues parfaitement clairs et rendant un bel hommage à la musique du film, un poil gnan-gnan mais amusante.

Du côté des suppléments, l’éditeur nous propose tout d’abord dans le boîtier quatre cartes postales exclusives – l’occasion d’expliquer à vos enfants l’usage qu’on destinait jadis à ces objets venus du passé. Sur la galette à proprement parler, on trouvera une présentation du film par Olivier Fallaix (20 minutes). Ce spécialiste de l’animation japonaise, ex-rédacteur en chef du magazine Animeland, reviendra dans le détail sur la place qu’occupe Yuki – Le secret de la montagne magique dans l’histoire de l’animation japonaise, et nous proposera une très intéressante analyse du film et de ses différents thèmes. On continuera ensuite avec un sujet dédié à Tadashi Imai (6 minutes). Ce sujet est mis en boite par par Pascal-Alex Vincent, enseignant à la Sorbonne Nouvelle, et par ailleurs auteur de deux dictionnaires du cinéma japonais. Court mais dense, ce sujet nous donnera à voir énormément d’extraits des films de Tadashi Imai, chaque film étant détaillé afin de mettre en évidence ses liens avec Yuki – Le secret de la montagne magique. On terminera avec le clip musical du film ainsi qu’avec la traditionnelle bande-annonce.

En deux mots comme en cent, Yuki – Le secret de la montagne magique bénéficie vraiment d’une belle édition Combo Blu-ray + DVD : le transfert Haute-Définition est formidable et l’on toujours apprécie la présence de goodies dans une édition Collector, car elles dénotent toujours d’un véritable soin à donner au consommateur un bel objet, qu’il sera fier de voir trôner dans sa collection. Dommage cependant que la jaquette du Combo, reprise de l’affiche française du film pour sa sortie en salles il y a six mois, soit si laide – l’œuvre d’un graphiste soit très jeune, soit très âgé, assurément ! C’est vraiment dommage, car l’éditeur Rimini Éditions était parvenu ces dernières années à bien redresser la barre concernant les jaquettes de ses Blu-ray / DVD, et à nous faire oublier les offenses faites à nos yeux du temps de Filmédia. On les pardonne pour cette fois, d’autant que l’on est certains que des graphistes amateurs bourrés de talent prendront rapidement le relais afin de proposer au public une belle jaquette « custom » pour cette édition… En utilisant, par exemple, la très belle affiche d’origine du film !



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire