Au jour de l’investiture de Biden, les QAnon croient encore et toujours à l’avènement de Trump



A quelques heures de l’investiture de Joe Biden, mercredi 20 janvier, ils sont tout impatients. Ils ont même sorti le pop-corn, comme ils disent. Pour un peu, on les confondrait avec ces démocrates qui confessent se sentir à la veille de Noël et brûlent de dire adieu à Donald Trump, sauf qu’eux pourraient chanter : « Je suis bien perplexe/mais je ne veux/me résoudre aux adieux » (à leur dieu, Trump). Ils ? Ce sont les QAnon, cette secte qui voit en Trump le sauveur du monde et se fonde sur les messages cryptiques distillés sur le Net par un certain « Q ».

On les pensait abattus, déprimés, en colère devant l’échéance inévitable qui s’approche. Comme la plupart des trumpistes qui se sont résignés à ce que les Etats-Unis passent dans les mains des « communistes » Joe Biden et Kamala Harris. Mais, non, les QAnon, eux, continuent de clamer leur slogan : « Trust the Plan » (« Faites confiance au Plan »). Dans leur drôle de psyché, la journée du mercredi 20 janvier est devenue le jour J, celui qui verra « le grand réveil ». « Je n’ai pas la force d’attendre demain, 12 heures, pour que tout soit fini, je pourrais enfin cesser de m’inquiéter. Quel stress ! », dit un adepte de QAnon.

Ce mercredi, à 8 heures du matin, Donald Trump prononcera un petit discours d’adieu, puis s’envolera vers la Floride où il atterrira à 11 heures, puisqu’il a décidé de sécher l’investiture de Joe Biden. « Il arrive à 11 heures et à midi l’inauguration commence. Faites le calcul », lance un QAnon. On n’a pas

Pour lire les 86 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire