Oscars 2021 : prix humanitaire à Tyler Perry


Avec la crise profonde que l’industrie du cinéma traverse depuis près d’un an à cause de la crise sanitaire mondiale, on aurait pu oublier que, l’automne dernier, il n’y a pas eu de Governors Awards. Mais oui, vous savez, ces Oscars d’honneur attribués par l’Académie du cinéma américain en nombre conséquent depuis 2009, afin de célébrer les artistes souvent ignorés par les votants au prix suprême d’Hollywood. En novembre dernier, aucune cérémonie prestigieuse n’a donc pu avoir lieu. Depuis sa création il y a une dizaine d’années, cette soirée sert en même temps de rampe de lancement pour la saison des récompenses, puisque y assistent à la fois les lauréats et tous ceux qui espèrent décrocher un Oscar quelques mois plus tard.

On ne vous apprend rien en vous disant que la saison des prix 2020 / 21 est totalement atypique. Les choix du conseil d’administration de l’Académie du cinéma américain le sont également. Comme cela a en effet été annoncé par l’actuel président de l’Académie, le directeur de casting David Rubin, jeudi dernier, le 14 janvier, deux prix humanitaires seront remis lors de la 93ème cérémonie des Oscars, prévue sous une forme qui reste à être déterminée le dimanche 25 avril. Les heureux élus du Jean Hersholt Humanitarian Award sont l’acteur, réalisateur et producteur américain Tyler Perry, ainsi que l’association caritative Motion Picture & Television Fund.

Ce n’est que la deuxième fois dans l’Histoire des Oscars que deux prix Jean Hersholt sont donnés la même année, après le doublon Elizabeth Taylor et Audrey Hepburn en 1993. Hepburn était décédée huit jours après l’annonce de l’Académie début janvier. Son fils avait alors accepté le trophée. Et c’est la première fois qu’une association reçoit ce prix humanitaire, donné à intervalles irréguliers, la dernière fois à l’actrice Geena Davis en novembre 2019.

Tyler Perry dans A Madea Family Funeral © 2019 The Tyler Perry Company / Lionsgate Tous droits réservés

Tyler Perry

Une véritable institution outre-Atlantique, l’acteur, scénariste, réalisateur et producteur Tyler Perry (* 1969) est largement inconnu en Europe. Ainsi, aucun de ses vingt-cinq longs-métrages n’a été distribué au cinéma en France. Pour la simple raison que Perry est le roi des productions destinées à un public afro-américain. Ce marché d’une niche tout de même importante en termes de box-office américain a porté chance à cet esprit indépendant, puisqu’il a pu ouvrir en octobre 2019 ses propres studios à Atlanta dans l’état de Géorgie, le plus grand complexe de production audio-visuelle aux États-Unis ! En dehors de ses nombreuses créations pour le cinéma et la télévision, dont le personnage culte de Madea que Perry a interprété lui-même dans une dizaine de films, il a été le producteur exécutif de Precious de Lee Daniels.

Or, c’est surtout pour son travail humanitaire que Tyler Perry est célébré par l’Académie du cinéma américain. Créée en 2006, sa fondation participe activement à une trentaine de programmes humanitaires à travers la planète. Et pour contrer les effets dévastateurs de la crise du coronavirus sur la population défavorisée de Atlanta, Perry avait organisé de nombreuses actions de soutien alimentaire. Au sein de son studio, il encourage de surcroît une politique inclusive de recrutement de ses collaborateurs.

Ce n’est pas plus tard que l’année dernière, déjà en mode confinement, que Tyler Perry avait reçu le prix honorifique de l’Académie de la télévision américaine. Du côté du prix Jean Hersholt, il est le quatrième lauréat afro-américain, après le compositeur et producteur Quincy Jones, l’animatrice, actrice et productrice Oprah Winfrey et le chanteur et acteur Harry Belafonte. En termes d’Oscars d’honneur, il y a eu au milieu des années 1940 l’acteur James Baskett pour son interprétation dans la production Disney controversée Mélodie du sud, ainsi que bien plus tard les acteurs Sidney Poitier et James Earl Jones, les réalisateurs Spike Lee et Charles Burnett, ainsi que l’actrice Cicely Tyson.

© 2020 MPTF Tous droits réservés

Motion Picture & Television Fund

Quel plus beau cadeau pour le centième anniversaire du Motion Picture & Television Fund que le prix Jean Hersholt ! Fondée en 1921 par la vedette du cinéma muet Mary Pickford – qui faisait de même partie des membres fondateurs de l’Académie six ans plus tard –, cette association de bienfaisance s’occupe essentiellement du bien-être physique et psychique des professionnels du cinéma, une fois qu’ils ont atteint l’âge de la retraite ou lorsqu’ils souffrent de pathologies lourdes.

Depuis sa première opération d’envergure, au moment du passage au cinéma parlant à la fin des années ’20 qui laissait de nombreux techniciens, acteurs et réalisateurs sur la paille, la fondation n’a eu de cesse de venir en aide aux plus démunis. Il se finance principalement par des dons et des événements de bienfaisance auxquels les plus grandes vedettes hollywoodiennes assistent depuis près d’un siècle, de Humphrey Bogart et Judy Garland jusqu’à Jodie Foster, Hugh Jackman, Amy Adams, Michael Douglas, Cameron Diaz et George Clooney, en passant par Elvis Presley, Gregory Peck, John Wayne, Grace Kelly, Goldie Hawn, Bob Hope, Ronald Reagan, Steven Spielberg et Elizabeth Taylor.

Celui qui avait donné son nom au prix humanitaire de l’Académie, attribué depuis le milieu des années ’50, l’acteur danois Jean Hersholt (1886-1956), avait été le président du Motion Picture & Television Fund pendant dix-huit ans, de 1938 jusqu’à sa mort. C’est au cours de sa présidence que l’hôpital de l’association avait été construit près d’Hollywood dans les années ’40.

Enfin, même si le Motion Picture & Television Fund est la première association récompensée par le prix Jean Hersholt, l’Académie du cinéma américain avait déjà reconnu le travail de quelques autres organisations par le biais d’un Oscar d’honneur dans le passé. Comme par exemple, le Museum of Modern Art à New York en 1979, le National Endowment of the Arts en 1985 et le National Film Board canadien en 1989.



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire