Ce que contient la charte du CFCM saluée par Macron, qui proclame la compatibilité entre l’islam et la République


« Un engagement net, clair et précis en faveur de la République », s’est félicité lundi Emmanuel Macron, après la publication de la « charte des principes » adoptée par le Conseil français du Culte musulman (CFCM). Ce texte marque « une étape extrêmement importante » en permettant « une clarification de l’organisation du culte musulman », a ajouté le président de la République au cours d’une réunion avec les responsables du CFCM à l’Elysée, au jour du début de l’examen du projet de loi de lutte contre le séparatisme.

Cette charte « est vraiment un texte fondateur dans la relation entre l’Etat et l’islam de France », a insisté l’Elysée, en saluant « la forte mobilisation » du CFCM, notamment au cours du week-end où ses responsables ont rencontré le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Cette charte « dit de façon claire que les principes de la foi musulmane sont complètement compatibles avec les principes de la République », a indiqué de son côté le président du CFCM Mohammed Moussaoui.

La France assimile « l’islam en général à la menace terroriste », selon Human Rights Watch

Voici les principaux points de ce texte composé de dix articles dont le préambule affirme « que ni nos convictions religieuses ni toute autre raison ne sauraient supplanter les principes qui fondent le droit et la Constitution de la République ».

Une charte pour « l’histoire »

Dans son article 1er, la charte clame que « les valeurs islamiques et les principes de droit applicables dans la République sont parfaitement compatibles » entre eux.

Selon ses rédacteurs, la charte s’inscrit dans « l’écriture d’une page importante de l’histoire de France » et doit « contribuer à instaurer des rapports apaisés et confiants entre la communauté nationale » et « tous les musulmans ».

Respect de la laïcité

La charte consacre la « liberté de conscience » et « le principe de laïcité qui permet à chaque citoyen de croire ou de ne pas croire, de pratiquer le culte de son choix et de changer de religion ».

Ses signataires s’engagent ainsi « à ne pas criminaliser un renoncement à l’islam, ni à le qualifier d’apostasie », une disposition au cœur de récentes dissensions au sein du CFCM.

S’appuyant sur des extraits du Coran, la charte s’élève contre « le prosélytisme abusif » qui « est contraire à la liberté de la raison et du cœur qui caractérise la dignité de l’Homme ».

Les profs face au séparatisme religieux des élèves : la sulfureuse enquête de l’Ifop

Dans une allusion à Samuel Paty, professeur assassiné en octobre, la charte souligne « le rôle essentiel de l’enseignant dans notre société » et appelle à régler des « conflits ou des désaccords » par « le dialogue » et, « en dernier recours », devant les tribunaux.

Egalité entre les sexes et plaidoyer antiraciste

« L’égalité Femme-Homme est un principe fondamental également attesté par le texte coranique », assure la charte.

TRIBUNE. Islam en France : et si la solution venait des femmes ?

« Nous nous attachons donc à faire respecter ce principe d’égalité conformément aux lois de la République en rappelant aux fidèles […] que certaines pratiques culturelles prétendument musulmanes ne relèvent pas de l’islam », poursuit le texte sans donner plus de précisions.

Les signataires affirment donc le rejet de « toute discrimination fondée sur la religion, le sexe, l’orientation sexuelle, l’appartenance ethnique, l’état de santé ou le handicap ». Selon eux, « toutes les formes de racisme […] sont l’expression d’une déchéance de l’esprit et du cœur ».

Une dénonciation de l’islam politique

Conformément au souhait de l’exécutif, la charte se donne clairement comme objectif de « lutter contre toute forme d’instrumentalisation de l’islam à des fins politiques ». « Nous luttons avec détermination contre tout mouvement ou idéologie dont le projet détourne notre religion de son véritable objet et tente de créer des rapports de force et des fractures dans notre société », écrivent ses rédacteurs.

« Nous refusons que les lieux de culte servent à diffuser des discours politiques ou importent des conflits qui ont lieu dans d’autres parties du monde », est-il également indiqué. Les lieux de culte ne doivent ainsi pas être utilisés pour « la diffusion de discours nationalistes défendant des régimes étrangers et soutenant des politiques étrangères hostiles à la France, notre pays ».

Les signataires s’engagent par ailleurs à utiliser davantage des « financements nationaux » pour leurs lieux de culte et à « rejeter clairement toute ingérence de l’étranger dans la gestion de leurs mosquées et la mission de leurs imams ».

Pas de « racisme d’Etat »

Evoquant les actes antimusulmans, la charte assure qu’ils sont « l’œuvre d’une minorité extrémiste qui ne saurait être confondue ni avec l’Etat ni avec le peuple français ».

Portées notamment par certaines ONG indigénistes, « les dénonciations d’un prétendu racisme d’Etat, comme toutes les postures victimaires, relèvent de la diffamation » et « exacerbent à la fois la haine antimusulmane et la haine de la France », estime la charte qui s’engage également contre l’extrémisme.

« Nous appelons à ne pas diffuser de livres, fascicules, sites internet, blogs, vidéos, qui propagent des idées de violence, de haine, de terrorisme ou de racisme », indiquent les signataires.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire