Les comités citoyens tirés au sort sont-ils des gadgets ?


Dès le 16 janvier, 35 Français de tous âges et de tous milieux vont se réunir au Conseil économique, social et environnemental (Cese). Leur mission : se prononcer sur la stratégie de vaccination contre le Covid-19, mise en place par les autorités. Leur point commun : a priori aucun, sinon qu’ils ont été désignés par le hasard, selon une procédure que l’opinion connaît bien depuis la Convention citoyenne pour le Climat (CCC), ce groupe qui a émis 149 propositions pour faire entrer la France dans la transition écologique. « Associer plus largement la population » à une politique de vaccination envers laquelle les Français comptent parmi les plus rétifs au monde : tel était le souhait exprimé par Emmanuel Macron annonçant la mise sur pied de cette assemblée.

Faut-il rendre le vaccin contre le Covid obligatoire ?

Car les 35 ont aussi été présélectionnés pour refléter le scepticisme, voire l’hostilité d’une partie de nos concitoyens. Face aux experts qui viendront les éclairer et répondre à leurs questions, les plus réticents changeront-ils d’avis ? Plus généralement, suffit-il de laisser phosphorer une poignée de Français lambda sur un sujet pour faire basculer une opinion ? Ce sont les questions que posent l’organisation de ce « comité Théodule », selon les mots de la députée (LR) Annie Genevard, de ce « foutage de gueule » visant à « faire croire qu’on fait un peu de démocratie », selon Yannick Jadot. Et si c’était, au contraire, une manière de remettre un zeste d’agilité démocra

Pour lire les 83 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire