Trump sous le coup d’une seconde procédure de destitution dès lundi ?


Donald Trump pourrait se retrouver dès lundi 11 janvier sous le coup d’une seconde procédure de destitution, un développement sans précédent historique, alors qu’il ne montrait samedi aucun signe de vouloir démissionner ou se mettre en retrait après les violences du 6 janvier au Capitole.

Un texte de mise en accusation (« impeachment »), rédigé par des élus démocrates à la Chambre des représentants, reproche au président républicain d’avoir « délibérément fait des déclarations » qui ont encouragé l’invasion du bâtiment du Congrès par ses partisans.

Dans le Telegram des pro-Trump : « Révolution en cours ! Les Patriotes récupèrent le Congrès ! »

Réunis par Donald Trump pour manifester contre la certification par le Congrès de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, ils avaient ensuite fait irruption pendant la séance parlementaire. Des événements jamais vus à Washington et au cours desquels cinq personnes sont mortes, dont un policier.

Plusieurs figures de l’assaut ont été interpellées par la police et inculpées samedi d’intrusion illégale et conduite violente, notamment le complotiste Jake Angeli. Ce dernier, qui avait aimanté l’attention des photographes avec ses tatouages et son couvre-chef cornu, avait apporté une lance dans le temple de la démocratie américaine.

Jake Angeli, Adam Johnson… plusieurs figures des violences au Capitole arrêtées et inculpées

« Il doit partir »

L’article de mise en accusation, signé par au moins 180 parlementaires selon l’élu démocrate Ted Lieu, affirme ainsi que Donald Trump a « gravement mis en danger la sécurité des Etats-Unis et de ses institutions de gouvernement ».

La décision de lancer cette nouvelle procédure de destitution (« impeachment ») reviendra une fois de plus à la puissante présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi. Elle a promis d’agir si le président républicain ne démissionnait pas immédiatement.

« Il est fou, déséquilibré et dangereux. Il doit partir », a-t-elle martelé, allant jusqu’à interpeller le chef d’Etat-major de l’armée américaine pour s’assurer que Donald Trump ne puisse pas utiliser les codes nucléaires.

Avec les violences du Capitole, « Donald Trump mute en tribun de la plèbe »

Des élus républicains envisagent cette fois la destitution

Reclus à la Maison Blanche, Donald Trump aurait fait savoir à ses proches qu’il n’avait aucune intention de démissionner, selon le « New York Times » samedi.

Même dans le camp républicain, certains élus ont semblé ouverts à la possibilité d’un nouvel « impeachment ». Le sénateur Ben Sasse a ainsi affirmé qu’il examinerait les chefs d’accusation si la Chambre ouvrait une procédure de destitution.

Sans se prononcer sur une potentielle « destitution », une autre élue républicaine a appelé au départ de Donald Trump :

« Je veux qu’il démissionne. Je veux le voir partir. Il a causé assez de dégâts », a déclaré la sénatrice modérée Lisa Murkowski.

Plus isolé que jamais, alors que deux membres de son gouvernement ont démissionné, le milliardaire républicain s’est vu priver vendredi soir de son canal de communication favori, Twitter, mais n’a donné aucun signe de vouloir se faire discret.

« Nous ne serons pas réduits au silence », a-t-il répliqué après la suspension permanente de son compte Twitter via le compte officiel POTUS (Président des Etats-Unis), à l’attention des « 75 millions de patriotes » qui ont voté pour lui.

« Nous ne serons pas réduits au silence » : guerre ouverte entre Trump et Twitter

Donald Trump a même évoqué des représailles contre le réseau social qui « interdit la liberté d’expression » et le possible lancement de sa propre plateforme dans un futur proche, à travers une série de messages immédiatement retirés par Twitter. « Museler la liberté d’expression est dangereux », a appuyé samedi le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, fidèle de Donald Trump.

Pas de procès, mais un déshonneur historique

Au pouvoir depuis 2017, Donald Trump a déjà été visé au Congrès par une infamante procédure de destitution, ouverte par Nancy Pelosi fin 2019 sous l’accusation d’avoir demandé à un pays étranger, l’Ukraine, d’enquêter sur son rival Joe Biden. Il avait été acquitté au Sénat, à majorité républicaine, début 2020.

Pour que la nouvelle procédure de destitution aboutisse, il faudrait que le milliardaire républicain soit jugé coupable par les deux tiers du Sénat, ce qui n’a aucune chance de se produire avant la prestation de serment de son successeur Joe Biden, le 20 janvier.

Le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, a d’ailleurs fait circuler un mémo stipulant qu’avec les règles actuelles du Sénat, aucun procès pour destitution ne pourrait avoir lieu avant l’investiture du président élu, à moins que la totalité des sénateurs n’autorisent une telle procédure.

Reste que le lancement d’un second « impeachment », laisserait une marque indélébile sur le bilan de Donald Trump : aucun président américain n’a subi ce déshonneur. Le sénateur républicain Lindsey Graham, un proche de Donald Trump, a de son côté mis en garde contre une telle démarche qui risquerait de « détruire encore plus le pays », demandant à Joe Biden d’intervenir.

« J’espère que vous ferez usage de votre pouvoir pour arrêter ça avant qu’il soit trop tard », a-t-il ajouté, s’adressant directement à Joe Biden, lors d’une intervention sur Fox News.Pourquoi Donald Trump est un « loser » de l’Histoire

Se posant en pacificateur d’un pays ébranlé par les événements du Capitole, le président élu s’est bien gardé de prendre position sur cette question de l’impeachment. C’est au Congrès de décider, a-t-il assuré.

Violences au Capitole : Biden dénonce une horde de « terroristes » et accuse Trump





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire