Qu’est-ce que Parler, le réseau sur lequel se retrouvent les pro-Trump à la place de Twitter ?


Donald Trump sur Twitter ? C’est bien fini. Alors que faire ? Dans un tweet rapidement effacé, Donald Trump a évoqué vendredi soir l’idée de créer sa « propre plateforme dans un futur proche » sans toutefois donner plus de détails. En attendant, ses fans et ses proches ont d’autres alternatives, dont une en particulier : le réseau social Parler. L’application a d’ailleurs été victime de son succès samedi : l’affluence d’abonnés a attiré l’attention.

Qu’est-ce que Parler, le nouveau réseau social prisé par l’extrême droite ?

« Expression libre. Confidentialité des utilisateurs ». Le ton est donné en arrivant sur la plateforme Parler. Aux Etats-Unis, l’application avait déjà fait parler d’elle. Elle avait été la plus téléchargée du mois de juin, selon nos confrères du HuffPost. Et de nombreuses personnalités françaises proches de l’extrême droite française avaient décidé de rejoindre la plateforme et en font même la promotion, comme Marion Maréchal, nièce de Marine Le Pen et ancienne députée du Front national.

« Pour contourner la censure de Twitter, beaucoup d’utilisateurs s’inscrivent sur le réseau social parler.com. Vous pouvez m’y retrouver », écrit-elle sur son compte Twitter le 22 juillet dernier.

« L’Obs » fait le point sur ce réseau social, devenu le refuge des supporters de Donald Trump.

Avec les violences du Capitole, « Donald Trump mute en tribun de la plèbe »

Un réseau social pro-Trump

Créé en 2018 par John Matze, un informaticien américain, Parler est à première vue un réseau social comme un autre. Pour s’inscrire, il suffit de fournir une adresse mail et un numéro de téléphone, avant d’être directement dirigé sur le fil d’actualité. Mais la différence est surtout flagrante quand on regarde de plus près les suggestions de comptes à suivre : @TeamTrump, le fils cadet du président américain @EricTrump, le directeur de campagne du président @BradParscale, @AlexJones, un complotisme américain d’extrême droite ou encore le sénateur républicain du Texas @TedCruz.

Parler est en réalité un réseau social pro-Trump, qui a conquis la droite et l’ultradroite américaine. Pourtant, John Matze affirme qu’il n’avait pas pour ambition d’en faire un safe space pour conservateurs. « Parler n’a pas été conçu pour devenir un truc pro-Trump », se défend le fondateur sur la chaîne américaine CNBC. Il a d’ailleurs même promis une prime de 20 000 dollars à toute personnalité progressiste comptant plus de 50 000 abonnés sur Twitter ou Facebook qui s’inscrirait sur son réseau.

En France, la plateforme est surtout plébiscitée par les proches du Rassemblement national comme Jean Messiha, Erik Tegner, un des trois organisateurs de la « convention de la droite », Agnès Marion, conseillère régionale en Auvergne-Rhône-Alpes, ou encore les députés européens Jérôme Rivière et Gibert Collard. On croise également de nombreux militants et responsables du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, qui avaient été bannis de Twitter, ou encore l’identitaire et assistant parlementaire RN Damien Rieu.

Dans le Telegram des pro-Trump : « Révolution en cours ! Les Patriotes récupèrent le Congrès ! »

Un réseau qui « ne censure pas les idées »

Si le réseau social attire autant, c’est pour sa promesse de « liberté d’expression » selon son fondateur. « Il n’y aura pas de fact-checking. On ne vous dira pas quoi penser et quoi dire. Je pense que c’est tout ce que les gens veulent. C’est ce qu’ils aiment », affirme John Matze au magazine « Forbes ». Sur le site internet de la plateforme, on peut lire :

« Parler est une plateforme sociale impartiale axée sur le dialogue ouvert et l’engagement des utilisateurs. Nous autorisons la liberté d’expression et ne censurons pas les idées, les partis politiques ou les idéologies. Nous protégeons votre vie privée et ne vendrons jamais vos données personnelles. »

L’application a toutefois défini « des règles de communauté » : les organisations terroristes (reconnues par les Etats-Unis), les propos les soutenant, les menaces de mort, la pornographie ou encore la diffamation y sont notamment interdits. Parler se réserve même le droit de supprimer n’importe quel compte, n’importe quelle publication « à tout moment et pour quelque raison que ce soit », indique le HuffPost américain.

Pourtant, ces règles n’empêchent pas la publication d’une multitude de propos haineux, racistes et antisémites. Dans les biographies comme dans les posts, les hashtags #WhiteLivesMatter, #LaRacailleTue ou #WhiteGenocide sont très présents. Un montage vidéo de soldats nazis commandés par Hitler, accompagné du message « Il est temps de répliquer », suivi des hashtags #juifs et #BlackLivesMatter, circule même sans problème selon Numerama. On trouve également des appels aux armes pour défendre la nation ainsi que des comptes ouvertement nazis, comme le rapporte « le Monde ».

Après les violences du Capitole, la fin du « Truman Show »

Google, Apple et Amazon réagissent

Après Google et Apple, Amazon prévoit de couper les ponts avec Parler, ce qui devrait rendre la plateforme temporairement inaccessible.

Dans une lettre adressée au site conservateur, Amazon dit avoir « observé récemment une augmentation persistante de contenus violents ».

« Compte tenu des événements malheureux qui se sont produits cette semaine à Washington, il existe un risque sérieux que ce type de contenus incite davantage à la violence », est-il ajouté dans la missive, publiée dans un premier temps par BuzzFeed et dont le contenu a été confirmé par une porte-parole d’Amazon.

Des messages de soutien aux émeutiers qui ont fait irruption au Capitole mercredi y ont notamment fleuri tandis que d’autres appellent à de nouvelles manifestations. Aussi Amazon a-t-il décidé de suspendre le compte de Parler à partir de 08H00 GMT lundi.

Comme le groupe héberge les données de Parler sur son service de cloud, cela devrait empêcher au moins temporairement le fonctionnement du réseau social.

Le fondateur de Parler, John Matz, a confirmé sur son profil qu’il était « possible que le réseau social ne soit pas accessible sur internet durant jusqu’à une semaine ». « Nous allons tout faire pour trouver un nouveau fournisseur rapidement », a-t-il ajouté.

Google et Apple ont déjà retiré Parler de leur plateforme de téléchargement d’applications respective.

Violences au Capitole : « Une partie des Républicains va se détourner de Trump »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire