La Bourse de Paris finit au-dessus des 5.700 points



La Bourse de Paris a fini en hausse de 0,65% vendredi, au-dessus des 5.700 points, portée par un vent d’optimisme quant aux perspectives de reprise économique en lien avec l’accélération des campagnes de vaccination.

L’indice CAC 40 a progressé de 37,03 points à 5.706,88 points au lendemain d’une hausse de 1,19%. Sur la semaine, l’indice vedette a pris 2,80%.

« Le marché est dans une dynamique haussière, persuadé que l’épidémie de Covid-19 sera grandement sous contrôle d’ici quelques mois et que l’activité repartira ce qui profitera aux bénéfices des sociétés », Daniel Larrouturou, gérant pour la société Dôm Finance.

Les investisseurs font le « pari qu’il n’y aura pas d’épidémie de caractère incontrôlable liée au nouveau variant du coronavirus », mais ils continuent d’en « surveiller la propagation », insiste M. Larrouturou.

« A partir de maintenant, c’est une lutte de vitesse entre d’un côté la progression de l’épidémie et de l’autre la progression de la vaccination ».

Sous pression face à la lenteur des vaccinations en Europe pour contrer la hausse des contaminations, l’UE a doublé ses précommandes du vaccin Pfizer-BioNTech et attend les premières livraisons de celui de Moderna, alors qu’un troisième vaccin pourrait être autorisé fin janvier.

STMicroelectronics (+1,85% à 33 euros) a profité du relèvement de ses objectifs financiers, dynamisant les autres valeurs du secteur technologique, à l’instar d’Atos (+3,55% à 67,74 euros) Capgemini (+2,79% à 127 euros) et Dassault Systèmes (+2,39% à 167,15 euros).

En tête du SBF 120, le numéro deux mondial de la restauration collective est monté fortement (+10,49% à 77,12 euros) malgré une chute de son chiffre d’affaires de 27,1% au premier trimestre. Le groupe a relevé son objectif de marge d’exploitation au premier semestre à « au moins 2,5% » contre « 2 à 2,5% » auparavant, en dépit des incertitudes liées à la pandémie.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire