découvrez les 10 nouveaux départements susceptibles de voir leur couvre-feu avancé à 18 heures



Une carte de France inchangée… pour l’instant. Lors d’une nouvelle conférence de presse sur la lutte contre l’épidémie de Covid-19, jeudi 7 janvier, Jean Castex a annoncé que les 15 départements soumis à un couvre-feu à 18 heures depuis le 2 janvier le restaient pour « au moins quinze jours », soit jusqu’au 22 janvier minimum. Cette liste pourrait s’allonger dès dimanche d’une dizaine de départements, dont les noms seront confirmés vendredi.

>> Suivez les dernières informations sur l’épidémie de Covid-19 dans notre direct.

Les départements susceptibles d’être concernés par ce couvre-feu avancé à 18 heures sont, selon Matignon, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin, la Côte-d’Or, l’Yonne, le Cher, l’Allier, la Haute-Savoie, les Alpes-de-Haute-Provence, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. « Les préfets vont conduire très rapidement les concertations nécessaires avec les élus de ces territoires pour bien analyser la situation et en fonction de leurs retours, des décisions seront prises d’ici demain soir pour entrer en vigueur à compter de dimanche », a précisé le Premier ministre.

Jusqu’à présent, les 15 départements concernés par le couvre-feu avancé sont les Hautes-Alpes, les Alpes-Maritimes, les Ardennes, le Doubs, le Jura, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, la Nièvre, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, les Vosges et le Territoire de Belfort.

Tous les autres départements de France métropolitaine restent soumis à un couvre-feu à 20 heures, comme c’est le cas depuis le 15 décembre. Une mesure prolongée au moins jusqu’au 20 janvier, a annoncé le Premier ministre.

Pour déterminer les départements susceptibles de basculer en couvre-feu avancé à 18 heures, les autorités sanitaires s’appuient sur plusieurs critères. Le premier est un taux d’incidence dans la population générale (c’est-à-dire le nombre de cas de Covid-19 pour 100 000 habitants sur 7 jours) supérieur à 200. D’autres critères sont également pris en compte, comme le taux d’incidence chez les personnes de plus de 65 ans, ou encore le taux d’occupation des lits de réanimation sur le territoire concerné.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire