avec l’assouplissement du télétravail, des salariés se réjouissent de retourner au bureau



Derrière son petit bureau installé dans la chambre, Valentine reprend espoir. Les « conf call », les collègues sur un écran… c’est bientôt fini. Son cabinet de conseil parisien doit donner son feu vert pour qu’elle revienne un jour par semaine et elle a hâte « de mettre les chaussures, de repartir, de recharger mon pass pour le métro, et de me laisser trois semaines pour pouvoir re-râler sur tout ce qui m’avait manqué et que finalement je vais retrouver ». Les règles du télétravail, recommandées par le gouvernement, sont assouplies à partir du jeudi 7 janvier. Les salariés qui accomplissaient leurs tâches à la maison tous les jours vont pouvoir revenir sur site, une fois par semaine, avec l’accord de leur employeur. 

La ministre du Travail, Élisabeth Borne, expliquait mardi sur franceinfo entendre « les salariés qui n’en peuvent plus ». Pour Valentine, cela fait des mois qu’elle se sent comme un lion en cage : « J’en arrive vraiment à me dire que le métro me manque. Juste pour me dire : je descends de chez moi le matin, je marche dans les couloirs du métro, j’arrive dans ma boîte, je vais à la cantine, je vais prendre une pause café. » Elle espère pouvoir se dépenser « sans faire d’activité physique en particulier ».

« On marche quand même beaucoup quand on habite à Paris sans voiture, et là je marche dix fois moins. »

À plusieurs centaines de kilomètres de la capitale, en Bretagne, Étienne s’est réfugié chez ses parents pour télétravailler. Cet informaticien parisien compte les heures avant de retrouver son équipe : « Toutes les interactions que j’avais avec mes collègues que ce soit dans l’ascenseur, dans les couloirs, sur la pause du déjeuner, les petits restos sympa que l’on pouvait se faire le midi. Tout ça, ce sont des moments qui ont disparu, aujourd’hui ça me manque cruellement. »

« Je ne rencontre personne de nouveau. Depuis mars dans mon entreprise, il doit y avoir environ une centaine de nouvelles personnes qui ont été recrutées, et en fait, j’en connais très peu. »

Son entreprise organise le retour des salariés volontaires. Seuls 10% des 330 salariés pourront revenir sur site en même temps. Pour s’organiser au mieux, la DRH met en place un tableau Excel. « La difficulté est qu’on peut avoir parfois plus de salariés qui souhaitent venir que de places disponibles, et dans ce cas-là, on peut être amené à faire des arbitrages, explique Nathalie. On privilégie des personnes dont les conditions de télétravail chez elles vont être difficiles à cause d’un appartement petit, etc. » Pour guider les employeurs, le nouveau protocole sanitaire en entreprise doit être publié en fin d’après-midi mercredi.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire