avant d’appeler au calme, Donald Trump avait soufflé sur les braises



Enfin, il a changé de discours. Dans une vidéo publiée jeudi 7 janvier, au lendemain des violences dramatiques au Capitole, Donald Trump a condamné les graves violences survenues au Capitole et, pour la première fois, annoncé qu’il mettrait en œuvre une « transition fluide » entre son administration et celle du président élu Joe Biden.

Pourtant, c’est bien le président sortant qui, la veille, avait chauffé ses militants à blanc lors d’un discours particulièrement belliqueux. Observez les différences entre les deux interventions dans le montage vidéo ci-dessous, qui souligne comment le président des Etats-Unis a agi en pompier pyromane :

Les événements du Capitole ? Une « attaque odieuse » qui le « scandalise », affirme Donald Trump au soir du 7 janvier, après avoir été lâché par son camp. Mais c’est aussi ce même Donald Trump qui, ayant réuni ses fidèles à Washington le 6 janvier, les avait incités à « descendre Pennsylvania Avenue » et à « marcher vers le Capitole ». Ceci après avoir insisté pendant plus d’une heure sur « l’élection volée » par les démocrates, et après avoir prononcé des déclarations de ce type :

« Vous ne reprendrez jamais le pays en étant faibles. Vous devez montrer votre force, vous devez être forts. »Avec les violences du Capitole, « Donald Trump mute en tribun de la plèbe »

Appels à la destitution

Autre contraste saisissant : dans sa vidéo du 7 janvier, le président dénonce les manifestants qui ont « souillé le siège de la démocratie américaine ». Mais face à ses fidèles, il avait utilisé une rhétorique qui ne témoignait pas d’un immense respect des institutions politiques :

« Ensemble, nous allons assécher le bourbier de Washington et nettoyer la corruption de notre capitale. Nous avons déjà bien avancé. Mais vous pensez que c’est facile ? C’est une sale besogne. Il y a beaucoup de gens mauvais ici. »Après les violences du Capitole, la fin du « Truman Show »

Quant à la « transition fluide » promise par Donald Trump le 7 janvier, elle peut être accueillie avec soulagement car lors de son meeting du 6 janvier, il présentait Joe Biden comme « un président illégitime » et annonçait ceci :

« Nous n’abandonnerons jamais, nous ne concéderons jamais la défaite, cela n’existe pas, vous ne concédez rien quand il s’agit d’un vol. »

A la suite de ce discours, les supporteurs de Trump s’étaient déplacés jusqu’au Capitole, débouchant sur les émeutes qui ont été marquées par la mort de cinq personnes, quatre manifestants et un policier. Tenant le chef d’Etat américain responsable de ce drame, les démocrates réclament aujourd’hui sa destitution. Une mesure également soutenue par l’élu républicain Adam Kinzinger.

Mauvais perdant, Donald Trump annonce qu’il n’ira pas à la prestation de serment de Joe Biden





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire