couvre-feu avancé à 18 heures pour 15 départements



En raison du couvre-feu désormais imposé à 18 heures, Diane Antoine est contrainte d’avancer la fermeture de sa boutique. Un crève-cœur pour cette commerçante : « Je suis lassée, je suis fatiguée psychologiquement. On ne sait jamais ce qui nous attend. J’essaye de positiver, de me dire qu’on va s’en sortir, que le vaccin est arrivé, on espère voir le bout du tunnel au courant de l’année« .

À l’heure du couvre-feu, Nancy devient une ville fantôme. La place Stanislas est déserte. La plupart des habitants acceptent cette mesure : « C’était essentiel. Je ne comprends pas qu’il n’y ait pas de confinement tout court« , explique une passante. « Si les gens veulent se réunir, ils trouveront des solutions, ce n’est pas deux heures de couvre-feu qui changeront quelque chose« , rapporte une autre riveraine. Pour tenter de sauver leur chiffre d’affaires, certains commerçants vont s’adapter aux nouvelles contraintes en ouvrant plus tôt. 

Le JT

Les autres sujets du JT



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire