les policiers vont « faire la chasse aux fêtes clandestines », explique Stanislas Gaudon, du syndicat Alliance



« On va faire la chasse aux fêtes clandestines », a expliqué Stanislas Gaudon, délégué général du syndicat de police Alliance, jeudi 31 décembre sur franceinfo, à quelques heures du réveillon de la Saint-Sylvestre. Et les policiers ont reçu « des consignes de fermeté ». « La pédagogie a fait son temps, tout le monde savait qu’il y aurait un couvre-feu le 31 décembre. Ceux qui oseront braver le couvre-feu ou organiser des fêtes clandestines risquent d’être poursuivis et sanctionnés« , a-t-il souligné, tout en appelant les Français à la « responsabilité »

franceinfo : Est-ce une soirée que vous redoutez ?

Stanislas Gaudon : C’est une soirée qui mérite toute l’attention parce que je rappelle que la nuit de la Saint-Sylvestre, c’est le théâtre de violences urbaines, des attaques en règle à l’encontre de mes collègues sur le terrain. Et puis, cette année, c’est inédit, 100 000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter les règles du couvre-feu et aussi les règles sanitaires, parce qu’on va faire un peu la chasse aux fêtes clandestines. Je rappelle aussi qu’au-delà des missions liées aux violences urbaines et aux fêtes clandestines, nous sommes encore sous la menace terroriste. Ça mobilise sur tous les fronts. J’espère que tout le monde sera responsable ce soir et j’espère surtout qu’on n’aura pas trop de blessés dans nos rangs.

Quelles consignes avez-vous reçues pour ce soir ?

Des consignes de fermeté, bien évidemment. La pédagogie a fait son temps. Tout le monde est bien au courant qu’il y a un couvre-feu depuis plusieurs semaines, tout le monde savait qu’il y aurait un couvre-feu le 31 décembre. Ceux qui oseront braver le couvre-feu ou organiser des fêtes clandestines risquent d’être poursuivis et sanctionnés.

Un mot sur ces fêtes clandestines, justement, car il y a des nuances dans le droit. Qu’est-ce qui est autorisé et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

Vous avez le droit, évidemment, de faire une fête pour la Saint-Sylvestre. Mais organiser une fête avec plusieurs centaines de personnes comme a pu le voir ces dernières semaines à Joinville-le-Pont, à Marseille ou à La Courneuve, c’est strictement interdit. Et les organisateurs sont passibles de poursuites judiciaires. Il faut être quand même très lucide, les policiers ne vont pas être derrière chaque porte d’appartement, chaque pavillon pour regarder si on est six ou dix. Il y aura des contrôles mais ceux-ci seront ciblés sur des fêtes à grande échelle parce que c’est là où il y a un grand risque : une fois que ces personnes sont contaminées, elles risquent de retourner dans leur foyer et contaminer d’autres personnes. Et lorsqu’elles vont retourner au travail, elles risquent également de contaminer leurs collègues. C’est un enjeu de santé publique.



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire