La Bourse de Paris s’oriente finalement à la hausse


La Bourse de Paris évoluait en hausse de 0,17% mercredi lors des premiers échanges, cherchant des signes laissant espérer une prochaine reprise économique et une sortie de la crise sanitaire grâce aux vaccins contre le Covid-19.

Après une ouverture en légère baisse, l’indice CAC 40 progressait de 9,53 points à 5.621,32 points vers 09H35. La veille, il avait fini sur un gain de 0,42%.

Le marché parisien affiche une certaine hésitation entre la tendance légèrement négative donnée par Wall Street et le feu vert du gouvernement britannique au vaccin anti-Covid développé par le groupe AstraZeneca avec l’université d’Oxford.

Ce vaccin est attendu car peu cher (environ 2,50 euros la dose) et facile à stocker, à la température d’un réfrigérateur, contrairement aux vaccins de Moderna et de Pfizer/BioNTech qui ne peuvent être conserver à long terme qu’à très basse température (-20°C pour le premier, -70°C pour le second).

Le Royaume-Uni est le premier pays à l’approuver. Les autorités ont déjà autorisé celui de Pfizer/BioNTech administré à plus de 600.000 personnes depuis le 8 décembre.

Cette nouvelle peut rassurer les investisseurs car « les difficultés de renverser de manière notable le rythme des infections pourrait entamer quelque peu l’appétit pour le risque à très court terme » relève M. Paris Horvitz.

Le Covid-19 continue à frapper. En Europe, l’Allemagne a enregistré mardi plus de 1.000 décès en 24 heures pour la première fois depuis le début de la pandémie. En France, des départements de l’Est pourraient faire l’objet d’un couvre-feu avancé, dès 18H00, à partir du 2 janvier, a prévenu le ministre de la Santé.

Aux Etats-Unis, les investisseurs ont été refroidis par le leader de la majorité républicaine du Sénat Mitch McConnell qui a rejeté le projet de verser 2.000 dollars aux ménages américains, au lieu des 600 dollars prévus dans la loi sur le plan de relance.

Sur le front des valeurs, les banques françaises étaient bien orientées au lendemain d’un accord de fusion entre deux banques espagnoles, Unicaja et Liberbank, en vue créer le cinquième institut de crédit du pays. Société Générale progressait notamment de 1,12% à 17,28 euros.

Les titres du luxe, poids lourds de la cote parisienne, étaient toujours recherchées, portées par un rapprochement entre l’Union européenne et la Chine concernant un accord d’investissement. Kering avançait de 1,16% à 584,10 euros, LVMH de 0,59% à 515,80 euros et Hermès de 0,48% à 886,80 euros.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire