cinq interpellations et 93 verbalisations à Paris et Tremblay-en-France



Malgré le couvre-feu, mis en place pour lutter contre le Covid-19, les fêtes illégales continuent. Dans la nuit de samedi à dimanche 27 décembre, des policiers sont intervenus pour mettre fin à quatre fêtes clandestines dans le 8e, le 13e et le 17e arrondissement de Paris, ainsi qu’à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). La préfecture de police fait état de cinq interpellations « pour mise en danger de la vie d’autrui pour les organisateurs ».  

Au total, il y a eu 93 verbalisations dressées pour ces « rassemblements festifs ». La préfecture de police ajoute que des enquêtes sont en cours. 

Une soixantaine de participants ont été dénombrés pour la fête clandestine qui s’est déroulée dans un appartement de l’avenue Niel, dans le 17e arrondissement de Paris. Deux organisateurs ont été interpellés et placés en garde à vue, 46 personnes ont été verbalisées pour non-respect du couvre-feu, indique une source policière à franceinfo.

Deux organisateurs d’une fête dans un appartement du 8e arrondissement de Paris ont également été interpellés et placés en garde à vue tandis qu’une quarantaine de leurs convives ont été verbalisés pour non-respect du couvre-feu.

Une autre fête s’est tenue dans la nuit de samedi à dimanche à Paris, sur la voie publique, sous le tunnel de la poterne des Peupliers, dans le 13e arrondissement. La police a comptabilisé 40 participants, sept ont été verbalisés, les autres ont pris la fuite. Les policiers n’ont pas identifié d’organisateurs et il n’y aura pas d’enquête puisque cela s’est passé en extérieur.

Une quatrième fête clandestine a été interrompue à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), dans une maison de quartier de la commune, aboutissant à l’interpellation et au placement en garde à vue d’un organisateur. Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agit d’un employé de la municipalité. Les policiers avaient reçu un signalement pour un rassemblement d’une trentaine de personnes. Elles ont été évincées sans incident. Le commissariat de Villepinte est maintenant saisi de l’enquête.





francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire