« Elle regarde les Ecossais dans les yeux »


Go, Nicola, go ! Si la Première ministre écossaise a le vent en poupe, c’est qu’elle est, à bien des égards, l’anti-Boris Johnson ! Surtout pour des millions de Bri­tanniques oubliés qui ont voté contre le Brexit (et pour ceux qui, comme moi, ont commis la faute impardonnable de vivre dans l’Union européenne et ont été carrément privés de vote). Sturgeon porte le flambeau pour bon nombre de Britanniques qui ne se reconnaissent plus dans leur propre pays depuis ce jour fatidique de 2016, lorsqu’une petite majorité a opté pour « brexiter » – et où, au demeurant, seuls 38 % de la population continuent de penser que c’était « la bonne décision ».

« Il est temps pour l’Ecosse de devenir une nation européenne indépendante », annonce Sturgeon

Je ne suis pas le seul Bri­tannique, en juin 2016, à m’être soudain rappelé avoir du « sang » écossais (mon père m’en parlait toujours) – moi qui ai passé en tout et pour tout une nuit sur place, à Edimbourg, en l’occurrence pour un tournage de la BBC sur la Auld Alliance, cette Vieille Alliance millénaire entre la France et l’Ecosse. Je me suis rué sur une photo des années 1930 de mon grandad, affublé qui plus est d’un merveilleux kilt ! S’il suffit d’un grand-parent irlandais pour prétendre à la citoyenneté irlandaise (et par conséquent européenne), moi, si l’Ecosse devenait rapidement indépendante, je bénirais le ciel pour ce tartan photo­génique recouvrant les genoux ancestraux !

Depuis cinq ans, Nicola Sturgeon constitue l’oppo­sition la plus

Pour lire les 80 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire