L’envolée des néobanques en 2020


Une carte de crédit sur un ordinateur portable. Photo d’illustration. (GABRIEL SANCHEZ / MAXPPP)

C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par le cabinet conseil Exton Consulting et que révèle LaTribune.fr Les chiffres sont impressionnants. Depuis le mois de janvier  2020, 72 nouvelles néobanques ont vu le jour sur la planète, ce qui représente une ouverture tous les six jours. Pour ce qui est de l’Europe, les banques numériques comptent aujourd’hui 50 millions de clients. Selon Exton Consulting, le Vieux continent est le plus avancé avec trois marchés particulièrement novateurs : le Royaume-Uni, la Suède et la France.

Certains pays ne possèdent aucune banque de ce genre. C’est le cas notamment de la Pologne. Impossible d’y ouvrir un compte bancaire en ligne. Reste la question de la rentabilité. Dans cet univers très concurrentiel, plus d’une trentaine de néobanques ont fait faillite ces dernières années. Le modèle économique s’avère parfois fragile. Mais la clientèle est au rendez-vous, au détriment bien souvent des petites agences bancaires de quartier. La proportion de détenteurs de comptes qui fréquentent plusieurs fois par mois leur agence est passée de 62% en 2007 à un peu moins de 20%. Sans compter la jeune clientèle qui réalise désormais la quasi-totalité de ses opérations via internet. Près d’un compte bancaire sur trois s’ouvre aujourd’hui sur le net.

Indépendamment des agences, si on regarde le phénomène des néobanques de manière globale, la société occidentale n’est pas la seule concernée. En Afrique par exemple, dans la partie subsaharienne, 5% des adultes ont un compte en banque. Dans un pays comme le Kenya, 60% des détenteurs d’un compte le gèrent via leurs télephones mobiles. Des pays qui sont partis de zéro et où les opérateurs ont fait le choix d’investir immédiatement dans les toutes dernières technologies.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire