Los Angeles Film Critics 2021 : le palmarès



Nomadland © 2020 Highwayman Films / Cor Cordium Productions / Walt Disney Studios Motion Pictures France
Tous droits réservés

Et de deux au début de cette très longue saison de prix de cinéma, avec l’annonce hier de ceux de la Los Angeles Film Critics Association, au surlendemain du palmarès des critiques de New York ! Comme c’est le cas depuis plusieurs années déjà, le vote pour les prix de la 46ème cérémonie a été progressivement annoncé sur le compte Twitter de l’association, comme toujours avec une mention aux dauphins, les fameux Runner up. Aucune information par rapport à une éventuelle cérémonie sur place – très peu probable au vu de la situation sanitaire en Californie – n’a été communiquée pour l’instant.

A l’image de leurs confrères de la côte est, les critiques de Los Angeles étaient assez dispersés dans l’attribution de leurs prix. Ce qui ne nous aide guère à clarifier la course aux Oscars, plus floue que jamais. Après, est-ce le rôle de la presse de mettre en avant les films que ses membres ont passionnément aimés ou bien de se conformer au consensus, en plus dans une année hautement atypique, faute de grosses sorties au cinéma ? On dirait que les critiques de Los Angeles ont opté pour le premier choix. Et tant mieux, puisque cela permet d’élargir l’horizon des spectateurs, quitte à ce que ceux-ci doivent se rabattre sur un nombre important d’œuvres diffusées sur les plateformes en ligne !

Comme le grand gagnant du dimanche, l’épopée en cinq épisodes de Steve McQueen Small Axe qui sera prochainement visible en France sur la plateforme Salto. Avec une durée de plus de six heures et demie, il s’agit du lauréat principal le plus long dans l’Histoire des prix des critiques de Los Angeles, fondés en 1975. Seul leur Meilleur Film de 1987 Little Dorrit de Christine Edzard s’en rapprochait, l’adaptation de Charles Dickens ayant été finalement très sporadiquement exploitée en salles à travers le monde avec ses près de six heures au compteur. Quoiqu’il en soit, cela en dit long sur l’état actuel du cinéma aux États-Unis, encore plus précaire qu’en France, que l’une des principales associations de critiques ait cru bon de couronner une mini-série, aussi méritante soit-elle. Le réalisateur Steve McQueen avait reçu en 2008 le prix New Generation pour son premier long-métrage Hunger.

Promising Young Woman © 2020 Merie Weismiller Wallace / Film Nation Entertainment / Focus Features /
Universal Pictures International France Tous droits réservés

Pratiquement comme sur la côte est, Chloé Zhao est la quatrième réalisatrice, après Jane Campion pour La Leçon de piano, Kathryn Bigelow pour Démineurs et Debra Granik pour Leave No Trace, récompensée par les critiques de Los Angeles. Ces derniers ont par contre un peu moins la fibre féministe quand il est question d’élire leur Meilleur Film, puisque seuls deux et demi d’entre eux y sont jusqu’à présent parvenus : Little Dorrit de Christine Edzard, American Splendor de Shari Springer Berman et Robert Pulcini et Démineurs de Kathryn Bigelow.

Du côté de l’interprétation, feu Chadwick Boseman devient le troisième acteur afro-américain ayant reçu, en quelque sorte, le prix du Meilleur acteur à Los Angeles, après Denzel Washington pour Training Day et Forest Whitaker pour Le Dernier roi d’Écosse. Chez les acteurs de second rôle, le nom de Glynn Turman s’ajoute à une liste heureusement un peu plus longue, puisque elle comprend Adolph Caesar dans A Soldier’s Story, Morgan Freeman dans La Rue, Don Cheadle dans Le Diable en robe bleue, Dwight Henry dans Les Bêtes du sud sauvage et Mahershala Ali dans Moonlight.

Le Blues de Ma Rainey © 2020 Netflix France Tous droits réservés

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, Youn Yuh-jung n’est pas la première actrice coréenne félicitée par les critiques de Los Angeles. Pas du tout même. Certes, elle est la première dans la catégorie de la Meilleure actrice dans un second rôle. Plus généralement, elle a été précédée toutefois par les actrices Kim Hye-ja dans Mother et Yun Jung-hee dans Poetry, ainsi que les acteurs dans un second rôle Steven Yeun – également à l’affiche dans Minari – dans Burning et Song Kang-ho dans Parasite.

Enfin, pour revenir encore une fois à Chadwick Boseman, il réussit l’exploit, unique chez les messieurs depuis que les deux associations ont commencé à donner quatre prix d’interprétation en 1977, de gagner dans les catégories du Meilleur acteur ici et du Meilleur acteur dans un second rôle à New York pour deux films différents, respectivement Le Blues de Ma Rainey et Da 5 Bloods Frères de sang. Chez les dames, pareille abondance d’excellence n’a jamais eu lieu non plus. Toutefois, il y a eu deux cas où l’actrice a changé de catégorie pour le même film, en 1984 avec Peggy Ashcroft dans La Route des Indes, Meilleure actrice à New York et Meilleure actrice dans un second rôle à Los Angeles, ainsi que trente ans plus tard Patricia Arquette dans Boyhood aux catégories inversées.

Minari © 2020 Plan B Entertainment / A24 Tous droits réservés

Meilleur Film : Small Axe de Steve McQueen, sans date de sortie cinéma en France

Runner up : Nomadland de Chloé Zhao, sortie française le 24 février 2021

Meilleure réalisatrice : Chloé Zhao pour Nomadland, sortie française le 24 février 2021

Runner-up : Steve McQueen pour Small Axe, sans date de sortie cinéma en France

Meilleure actrice : Carey Mulligan dans Promising Young Woman, sortie française le 17 février 2021

Runner up : Viola Davis dans Le Blues de Ma Rainey, sans date de sortie cinéma en France

Meilleur acteur : Chadwick Boseman (†) dans Le Blues de Ma Rainey, sans date de sortie cinéma en France

Runner up : Riz Ahmed dans Sound of Metal, sortie française le 20 janvier 2021

Une grande fille © 2019 AR Content / Non-Stop Productions / ARP Sélection Tous droits réservés

Meilleure actrice dans un second rôle : Youn Yuh-jung dans Minari, sans date de sortie en France

Runner up : Amanda Seyfried dans Mank, sans date de sortie cinéma en France

Meilleur acteur dans un second rôle : Glynn Turman dans Le Blues de Ma Rainey, sans date de sortie cinéma en France

Runner up : Paul Raci dans Sound of Metal, sortie française le 20 janvier 2021

Meilleur scénario : Promising Young Woman par Emerald Fennell, sortie française le 17 février 2021

Runner up : Never Rarely Sometimes Always par Eliza Hittman

Time © 2020 Concordia Studio / Amazon Studios Tous droits réservés

Meilleur Film étranger : Une grande fille (Russie) de Kantemir Balagov

Runner-up : Martin Eden (Italie) de Pietro Marcello

Meilleur Documentaire : Time de Garrett Bradley, sans date de sortie en France

Runner up : L’Affaire Collective de Alexander Nanau, sortie française le 24 février 2021

Meilleur Film d’animation : Le Peuple loup de Tomm Moore et Ross Stewart, sans date de sortie en France

Runner up : Soul de Pete Docter et Kemp Powers, sans date de sortie cinéma en France

Le Peuple loup © 2020 Cartoon Saloon Ltd / Mélusine Productions / Haut et court Tous droits réservés

Meilleure photo : Small Axe, sans date de sortie cinéma en France – Shabier Kirchner

Runner up : Nomadland, sortie française le 24 février 2021 – Joshua James Richards

Meilleur montage : The Father, sortie française le 7 avril 2021 – Yorgos Lamprinos

Runner up : Time, sans date de sortie en France – Gabriel Rhodes

Meilleure musique : Soul, sans date de sortie cinéma en France – Jon Batiste, Trent Reznor et Atticus Ross

Runner up : Small Axe Episode Lovers Rock, sans date de sortie cinéma en France – Mica Levi

Meilleurs décors : Mank, sans date de sortie cinéma en France – Donald Graham Burt

Runner up : Une grande fille – Sergey Ivanov

The Father © 2020 Trademark Films / Cine@ / F comme Film / Film4 / Sony Pictures Classics Tous droits réservés

Prix New Generation : 40 ans Toujours dans le flow de Radha Blank, sans date de sortie cinéma en France

Prix Douglas Edwards Cinéma indépendant, expérimental & vidéo : Her Socialist Smile de John Gianvito, sans date de sortie en France


Comme déjà annoncé le 28 octobre dernier, les prix honorifiques de l’association des critiques de Los Angeles ont été attribués au chanteur, activiste et acteur américain Harry Belafonte (* 1927 / Le Monde la chair et le diable, Kansas City, Blackkklansman), ainsi qu’au réalisateur taiwanais Hou Hsiao-Hsien (* 1947 / Le Maître de marionnettes, Les Fleurs de Shanghai, The Assassin).



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire