Samia Ghali soutient la candidature de Benoît Payan à la mairie de Marseille


Le nouveau maire de Marseille doit être élu lundi 21 décembre. La deuxième adjointe à la mairie de Marseille Samia Ghali a annoncé ce jeudi 17 décembre qu’elle votera pour Benoît Payan, premier adjoint socialiste, pour prendre la tête de la deuxième ville de France après la démission de la maire Michèle Rubirola.

Le « hold-up » de Benoît Payan contre Michèle Rubirola

Samia Ghali, qui est chef de file d’un groupe de neuf conseillers de gauche, « ne souhaite pas rajouter un désordre supplémentaire » après le départ de la première femme maire de Marseille, moins de six mois après une élection à rebondissements.

« Les Marseillais ne méritent pas cela », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse dans sa mairie de secteur des quartiers du nord de la ville.

La coalition marseillaise

Le 4 juillet, date de l’élection rocambolesque au « 3e tour », au conseil municipal, Samia Ghali a « passé un contrat avec le Printemps marseillais (la coalition de gauche à la tête de la mairie), pas avec un homme ou une femme mais avec le Printemps marseillais », a-t-elle réaffirmé.

Michèle Rubirola, le Printemps d’une Marseillaise

Nécessaires à la gauche en juillet lors du « troisième tour » pour faire élire Michèle Rubirola et mettre un terme à 25 ans de règne de la droite, les voix de Samia Ghali et des élus de sa liste ne sont plus aussi cruciales cette fois-ci, deux élus LR ayant rejoint le bloc du Printemps marseillais. Mais elles restent importantes pour renforcer la majorité.

« Marseille doit devenir une vraie capitale »

L’ex-sénatrice PS n’a pas souhaité commenter les raisons de la démission de la maire, qui a avancé des motifs de santé pour expliquer son départ prématuré.

« Elles lui sont personnelles pour certaines, politiques pour d’autres », ajoutant : « Elle vous fait souffrir la vie politique, parfois elle vous fait pleurer ».

L’élue a manifesté sa volonté de « mettre les bouchées doubles » : « On ne peut pas être sans arrêt la risée de la France, Marseille doit devenir une vraie capitale, Marseille doit devenir ce qu’elle est, une grande ville, une belle ville », a martelé cette figure des quartiers populaires.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire