S400: Erdogan dénonce une attaque US contre les droits souverains turcs



ANKARA (Reuters) – Le président turc Recep Tayyip Erdogan a dénoncé mercredi les sanctions infligées par les Etats-Unis à la Turquie pour punir l’acquisition par Ankara du système antimissile russe S-400, ajoutant qu’elles n’empêcheraient pas la Turquie de développer son industrie de défense.

« Quel est ce genre d’alliance ? Quel est ce genre de partenariat ? Cette décision est une attaque ouvertement hostile contre les droits souverains de notre pays », a déclaré le président turc, s’exprimant pour la première fois depuis l’annonce des sanctions il y a deux jours.

« Le véritable objectif est de bloquer les progrès entamés récemment par notre pays dans le domaine de la défense et de nous rendre une fois encore absolument dépendants d’eux (les Etats-Unis) », a-t-il ajouté. « Il y aura évidemment des problèmes, mais chaque problème nous ouvrira la porte pour une solution. »

La Turquie, membre de l’Otan, a fait l’acquisition des S400 à la mi-2019, assurant que cette arme ne représentait aucune menace pour les alliés de l’Alliance atlantique. Washington ne partage pas cet avis et a exclu l’année dernière la Turquie d’un programme d’avions de combats F-35.

Les Etats-Unis ont sanctionné lundi la Direction des industries turques de la défense (SSB), ainsi que son président et trois employés de cette agence gouvernementale.

(Tuvan Gumrukcu et Ezgi Erkoyun; version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot)



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire