Anne Hidalgo refuse les attaques contre le préfet de police Didier Lallement au Conseil de Paris


Le préfet de police Didier Lallement a été chahuté par des élus communistes et insoumis qui ont dénoncé les violences policières et réclamé sa démission, mardi 15 décembre au Conseil de Paris.

Il a néanmoins pu compter au cours de cette séance sur le soutien de la maire Anne Hidalgo, qui, tout en reconnaissant qu’il fallait « avancer » sur la question du maintien de l’ordre, a estimé que les critiques des élus devaient plutôt être adressées au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin :

« J’ai entendu des mises en causes directes, personnelles du préfet de police. En tant qu’élus, nous avons à nous adresser aux ministres (…). Je considère que les responsables politiques n’ont pas à s’attaquer aux fonctionnaires. »

Les élus communistes, qui brandissaient des pancartes « Stop aux violences policières », ont ensuite quitté la séance au moment où le préfet de police prenait à son tour la parole.

Regardez la séquence en vidéo :

Hidalgo – Macron : les meilleurs ennemis

« Lallement et Darmanin doivent partir »

Quelques instants auparavant, la communiste Béatrice Patrie s’était adressée ainsi à Didier Lallement :

« Vous sollicitez notre approbation par un vote engageant la collectivité parisienne, à déléguer des crédits sous votre responsabilité. Nous ne pouvons aujourd’hui vous accorder cette confiance tant nous réprouvons la politique de maintien de l’ordre à Paris. Votre défiance envers les droits les plus fondamentaux étant totale, notre confiance ne peut vous être accordée. »

Le président du groupe communiste Nicolas Bonnet-Oulaldj avait également déclaré :

« Toute la politique du maintien de l’ordre doit changer. Le caractère systémique, le nombre et l’impunité des violences policières, nous imposent à interroger la chaîne de commandement au plus haut niveau. Lallement et Darmanin doivent partir. »Didier Lallement, le préfet de police « qui aime le rôle de méchant »

Un budget critiqué

Le Conseil de Paris a voté mardi soir le budget de la capitale pour 2021. Avec un budget annuel avoisinant les 10 milliards d’euros, et une dette estimée à 7,05 milliards d’euros fin 2021 (contre 6,4 milliards d’euros fin 2020), la mairie de Paris a déploré une baisse de ses ressources, et un « désengagement » de l’État.

Anne Hidalgo est-elle la plus écolo des maires ?

« Ce budget mène Paris droit vers la faillite, le surendettement et l’augmentation des impôts et taxes », a regretté Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement.

« 6,5 milliards de recettes fiscales, contre 5,1 en 2013 : en 2021, jamais les Parisiens n’auront été autant taxés. (…) Aux abois, vous n’avez plus qu’une solution : la dette. »





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire