la chirurgienne Suzanne Noël, une pionnière



Suzanne Noël a jeté les bases de la chirurgie esthétique moderne, en s’occupant des gueules cassées à une époque où les femmes étaient quasiment absentes du corps médical. Elle a longtemps œuvré au cœur d’une adresse cossue de Paris, avant de soigner les soldats mutilés lors de la Grande Guerre. Enfin, elle a offert un elixir de jeunesse à la comédienne Sarah Bernard. Pour rappel du contexte, de 1914 à 1918, la France est ravagée par les combats. Dans les tranchées, les soldats vont souffrir et mourir par centaines de milliers.

Quelques années plus tôt, à Paris, une jeune femme est reçue première à l’internat de médecine. Une performance dans un univers encore très masculin. Suzanne Noël apprend à réparer les visages dans l’ombre de son mentor. Un siècle plus tard, un livre signé Leila Slimani et Clement Oubrerie est publié, À mains nues (Les Arènes Éditions). « Le choix de la chirurgie était extrêmement subversif », rappelle la co-auteure. « Elle a eu un grand courage. »

Le JT

Les autres sujets du JT



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire