L’école à la maison fait de la résistance : « C’est quoi cette embrouille ? »



C’est le bon mot qui fuse en ce moment dans les conversations des parents adeptes de l’IEF, ou « instruction en famille » : Emmanuel Macron sait-il épeler les 25 lettres du fameux « anticonstitutionnellement » ? « Pour une fois qu’on peut l’utiliser ! » plaisante Céline sur le groupe Facebook Unschooling en France, qui compte près de 10 000 membres.

Alors que le président annonçait en fanfare, lors de son discours contre le séparatisme, prononcé le 2 octobre aux Mureaux (Yvelines), qu’il allait rendre la scolarisation obligatoire pour tous les enfants de France, il ne pensait sans doute pas se heurter à une fronde parentale, avec manifestations dans des dizaines de villes, pétitions et sondages maison à l’appui, et, surtout, à un avis défavorable du Conseil d’Etat, rendu le jeudi 3 décembre. « Il n’est pas établi, en particulier, que les motifs des parents relèveraient de manière significative d’une volonté de séparatisme social ou d’une contestation des valeurs de la République », prévenait-il. Avec, qui sait, le risque d’être retoqué par le Conseil constitutionnel ?

« J’ai pris la décision […], sans doute l’une des plus radicales depuis les lois de 1882 (celles de Jules Ferry) et de 1969 (mixité scolaire entre garçons et filles) : dès la rentrée 2021, l’instruction sera obligatoire pour tous dès 3 ans, l’instruction à domicile sera limitée, notamment aux impératifs de santé. Nous changeons donc de paradigme, et c’est une nécessité » a asséné le président le 2 octobre.Et Macro

Pour lire les 89 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire