Un nid géant de déchets plastiques devant Nestlé, troisième plus gros pollueur plastique


Publié le 10 décembre 2020

Une semaine après le rapport de Break Free From Plastique évaluant que Nestlé était le troisième plus gros émetteur de plastique au monde derrière Coca-Cola et Pepsico, Greenpeace a décidé d’installer, devant le siège du groupe, un nid géant composé de déchets plastiques, en écho au logo de la marque. Une manière de maintenir la pression sur le numéro un de l’agroalimentaire qui a annoncé il y a quelques jours viser la neutralité carbone en 2050.

C’est une action symbolique qu’a menée Greenpeace pour dénoncer la pollution plastique de Nestlé. Le 8 décembre, l’ONG a déposé devant le siège du groupe à Vevey en Suisse un nid géant composé de déchets plastiques. Avec une banderole indiquant « Nestlé, stop feeding the world with plastic » (« Nestlé doit arrêter de nourrir le monde avec du plastique »). Cela fait écho au logo de la marque inspiré du nom du fondateur, Nestlé dont une partie du nom, Nest, signifie Nid en allemand.  

Cette action a été menée une semaine après la diffusion du rapport de Break Free From Plastic qui place Nestlé comme le troisième plus gros émetteur de pollution plastique dans le monde après Coca-Cola et PepsiCo. C’est la troisième fois que ce trio est en tête du classement. Break Free From Plastic note d’ailleurs qu’aucun progrès n’a été noté quant à une réduction des déchets plastiques de la part de ces trois mastodontes. 

« Les dommages sur l’environnement et le climat provoqués par le plastique à usage unique de Nestlé sont d’une telle ampleur qu’il est indispensable de mettre en place rapidement et à large échelle des solutions réutilisables », a déclaré Matthias Wüthrich, expert zéro déchet pour Greenpeace Suisse. « Pour mettre fin à cette pollution et lutter contre le changement climatique, ces multinationales doivent s’affranchir de leur dépendance aux emballages plastiques à usage unique et s’éloigner des combustibles fossiles », croit-il. 

Neutralité carbone en 2050

Le 3 décembre, le numéro un mondial de l’agroalimentaire a pourtant dévoilé son plan pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Il prévoit d’investir 2,9 milliards d’euros sur les cinq prochaines années pour réaliser son objectif avec deux points d’étapes : une réduction de 20 % d’émissions de gaz à effet de serre d’ici la fin de l’année et de 50 % d’ici 2 030. Près de deux tiers des investissements du groupe seront dédiés au développement d’une agriculture « régénératrice ». Et de fait, plus de 70 % des 93 millions de tonnes de gaz à effet de serre émis par Nestlé tout au long de sa chaîne de valeur, étaient dues à son approvisionnement. 

Quant au plastique, Nestlé avait déjà annoncé l’an dernier vouloir utiliser dès 2025 des emballages 100 % recyclages ou réutilisables. « Les déchets plastiques sont l’un des plus grands problèmes de durabilité auxquels le monde est confronté aujourd’hui. S’attaquer à ce problème nécessite une approche collective. Nous nous sommes engagés à trouver des solutions pour réduire, réutiliser et recycler », avait alors déclaré le PDG du groupe Mark Schneider. 

Marina Fabre, @fabre_marina





novethic

A lire aussi

Laisser un commentaire