Le monde du football pleure Rossi



  • L’Italien Paolo Rossi est décédé
  • Il a marqué l’histoire de la Coupe du Monde
  • Le monde du football salue sa mémoire

Un peu plus de deux semaines après la disparition de Diego Maradona, une autre étoile de la Coupe du Monde de la FIFA s’éteint avec le décès de Paolo Rossi, à l’âge de 64 ans. Quatre ans avant Maradona, l’attaquant italien avait lui aussi porté son équipe dans sa marche vers le sacre d’Espagne 1982 dans un style radicalement différent, moins flamboyant que l’Argentin mais avec un flair et un sens du but sensationnels.

Ses six réalisations, toutes inscrites lors de la phase à élimination directe, ont fait de lui un héros national et une icône planétaire dont le monde du football salue la mémoire. FIFA.com a compilé quelques-unes des réactions et des hommages rendus à « Pablito ».

The Italian flag is at half-mast to pay tribute to Paolo Rossi, who passed away this week

Idole des jeunes

Avec Espagne 1982, le football est entré dans une nouvelle ère sur le plan télévisuel. Les exploits de Rossi ont crevé l’écran et ont marqué et inspiré toute une génération de futur footballeurs professionnel, en Italie comme ailleurs.

« Quand j’étais enfant et que je jouais au football dans la rue, Paolo Rossi représentait l’Italie comme Pelé et Maradona représentaient le Brésil et l’Argentine. Une icône du football disparait, mais surtout un vrai gentleman. Mes condoléances à sa famille et à ses amis. Merci pour tout ce que tu as fait pour ce jeu que nous aimons tant », a déclaré Clarence Seedorf, légende de l’AC Milan sur Instagram.

« Pour ceux qui, comme moi, voulaient devenir avant-centre, tu étais une source d’inspiration. Tu étais mon idole d’enfance. Salut Paolo, tu resteras toujours dans nos cœurs », a écrit Filippo Inzaghi, autre légende milanaise.

(Repose en paix, grand Pablito. Tu étais notre héros)

(J’ai grandi en te regardant quand j’étais au Sénégal. Je n’oublierai jamais ta Coupe du Monde 82. Repose en paix, légende)

(« Repose en paix champion et héros national. Nous ne t’oublierons jamais »)

Les exploits de Rossi ont aussi inspiré ceux qui étaient trop jeunes le voir à l’oeuvre. « Je suis né le 5 juillet 1982, mais depuis ce jour j’ai entendu parler de toi par mon père », confie Alberto Gilardino, champion du monde 2006 avec la Nazionale. « Plus j’ai grandi, plus il me racontait et me montrait des images. Je pense que je suis né sous ton étoile, je crois au destin. »

« Les relations avec lui étaient merveilleuses »

Ses anciens coéquipiers et ceux qui ont simplement croisé sa route décrivent un homme simple, affable et souriant. « Nous avons toujours eu de très bons rapports avec Paolo », confie Dino Zoff à la Gazetta Dello Sport. « Les relations avec lui étaient merveilleuses, il était très gentil », poursuit le légendaire gardien italien, champion du monde 1982.

« Au revoir Pablito tu nous as tellement réjouis. Ce fut un honneur pour moi de te rencontrer et d’être contaminé par ton sourire », souligne Demetrio Albertini, ancien milieu de terrain italien.

« Michel Hidalgo, Robert Herbin, Maradona, maintenant Paolo Rossi, ça suffit, 2020, c’est bon… Paolo était un grand joueur, un grand buteur, tout le monde se souvient de sa Coupe du Monde 1982. On a joué trois saisons ensemble à la Juventus, de 1982 à 1985, et on a tout gagné. En 1982, il venait d’être le héros de la Coupe du Monde, mais il avait du recul sur tout cela, il n’en jouait pas », a pour sa part déclaré Michel Platini, ancien coéquipier de Rossi à la Juve (L’équipe)





Fifa

A lire aussi

Laisser un commentaire