L’ex-figure des « gilets jaunes » Jacline Mouraud candidate à la présidentielle de 2022


Obtiendra-t-elle les 500 parrainages nécessaires ? Après les annonces officielles des candidatures de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen pour 2022, l’ancienne figure du mouvement des « gilets jaunes » Jacline Mouraud a indiqué à son tour lundi 7 décembre qu’elle serait candidate à l’élection présidentielle.

Dans un message relayé sur Twitter, celle qui avait lancé son éphémère micro-parti Les Emergents, se pose en représentante de la « France ordinaire ».

« En raison de la situation générale de la France, j’ai décidé, après mûre réflexion, de participer à l’élection présidentielle de 2022 pour représenter le peuple des gens ordinaires dont je suis », indique-t-elle. Une décision qu’elle a longuement mûrie.

« Rassembler le peuple français »

« Mon ambition est de redonner la parole à ceux qui en ont été trop longtemps privés. Ma volonté est de rassembler le peuple français dans sa diversité, malgré les fractures nombreuses et injustes, qui déchirent notre société et qui nous divisent », écrit-elle dans sa déclaration de candidature.

« Ma détermination est de ramener aux urnes, les électeurs et électrices qui se détournent de la voie démocratique. »

« Je suis d’une droite sociale, mais je ne fais pas partie de ceux comme Mélenchon qui pensent qu’en détruisant la France on la fait progresser. Je ne suis pas dans le sérail de Marine Le Pen, pas une conservatrice non plus. Je suis pour une France de progrès mais une France de bon sens », a assuré Jacline Mouraud, qui espère recueillir les 500 parrainages d’élus nécessaires pour valider sa candidature.

Deux ans après, que reste-t-il des groupes Facebook des « gilets jaunes » ?

« En l’état actuel des choses c’est tout à fait possible. Je travaille avec les maires, je travaille avec des gens qui travaillent avec une réalité de terrain », a souligné Jacline Mouraud.

Macron « n’est plus à la hauteur de la fonction »

Samedi 5 décembre, elle s’était fendue d’un tweet déplorant les propos d’Emmanuel Macron dans l’interview menée par Brut la veille. « Après la pitoyable interview d’Emmanuel Macron chez Brut hier, nous avons tous constaté que le président n’a plus la hauteur nécessaire à la fonction », avait-elle critiqué.

« Clairement, ma décision a été prise au mois de septembre, je voulais attendre le mois de janvier pour l’annoncer et ce sont les propos d’Emmanuel Macron au média Brut, des propos indignes d’un président (qui m’ont décidé) », a expliqué Jacline Mouraud auprès de l’AFP.

Fly Rider, Eric Drouet, Priscillia Ludosky… Que sont devenues les ex-stars des « gilets jaunes » ?

« Quand il parle des violences policières, il n’est plus à la hauteur de la fonction, le candidat a été plus fort (que le) président », a-t-elle estimé.

Prise de distance avec les « gilets jaunes »

Jacline Mouraud, 53 ans, avait posté en octobre 2018 sur Facebook une vidéo devenue virale qui dénonçait « la traque aux automobilistes », faisant d’elle une égérie des « gilets jaunes ». Brocardée par ses anciens camarades, elle a par la suite perdu de l’influence au sein du mouvement.

Jacline Mouraud a indiqué avoir « pris ses distances avec la violence du mouvement » des « gilets jaunes » tout en restant fidèle à la non-violence du « canal historique » du mouvement.

Les « gilets jaunes » tentent un grand retour (avec Jean-Marie Bigard en guest-star)

Ancienne porte-parole des « gilets jaunes », elle dit vouloir représenter la « France ordinaire celle dont personne se soucie à Paris, des technocrates qui ne sortent jamais de leurs bureaux ». Entrepreneuse indépendante dans le Morbihan, Jacline Mouraud avait déjà affirmé en 2019 envisager la présidentielle de 2022.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire