Festival du Film Français au Japon 2020 : ça commencera après-demain



© 2020 Festival du Film Français au Japon Tous droits réservés

En France, on saura définitivement d’ici jeudi si les salles de cinéma pourront bel et bien rouvrir dans une semaine. Dans le monde, le même jour, le cinéma français pourra au moins compter sur le soutien indéfectible de Unifrance, afin de voir sa promotion se poursuivre sur les marchés étrangers. Aux Pays-Bas et légèrement plus tard au Brésil, mais surtout en Asie, où la 28ème édition du Festival du Film Français au Japon s’ouvrira donc le jeudi 10 décembre. Pendant quatre jours, les spectateurs francophiles de la ville de Yokohama pourront ainsi découvrir un choix éclectique du meilleur du cinéma français de ces dernières années.

Consignes de distanciation sociale obligent, les artistes associés aux dix long-métrages sélectionnés ne pourront pas faire le déplacement. Ils ont par contre préenregistré des messages vidéo, comme la marraine du festival Isabelle Huppert, voire des séances de questions-réponses, qui seront projetées après chaque film. L’ambassadrice locale de ce rendez-vous incontournable de l’échange culturel franco-nippon, qui a habituellement lieu au mois de juin, est l’actrice Ryôko Yonekura, surtout connue pour son travail à la télévision japonaise.

Miss © 2020 Julien Panié / Zazi Films / Chapka Films / France 2 Cinéma / Marvelous Productions / Warner Bros. France
Tous droits réservés

Après avoir découvert la liste des films français proposés au public chinois la semaine dernière, on est tout autant interpelé par la sélection réservée à ses voisins et éternels rivaux. Un film fait en quelque sorte le tour de l’Asie en solitaire, Fête de famille de Cédric Kahn, présenté dans les deux festivals. Un doublon qui peut étonner à cause du retentissement très modéré du onzième long-métrage du réalisateur lors de sa sortie en France début septembre 2019. On retrouve sinon un échantillon plutôt optimiste de films français plus ou moins récents, du plus ancien Une intime conviction de Antoine Raimbault sorti en février 2019 jusqu’à Miss de Ruben Alves, à l’affiche une dizaine de jours seulement avant le deuxième confinement. Les spectateurs japonais auront de même le privilège d’un film en avant-première : le documentaire Gogo de Pascal Plisson qui sortira en France à la mi-janvier … si tout va bien.

Enfin, le festival dispose aussi d’une section court-métrage, d’ores et déjà disponible en ligne où les six films retenus pourront encore être visionnés jusqu’au vendredi 18 décembre. Signalons à ce sujet la masterclass en ligne le vendredi précédent de deux réalisatrices de ces courts-métrages, Alice Douard et Mathilde Profit. Un adieu, mis en scène par cette dernière, figure par ailleurs sur la liste des 24 courts éligibles à la prochaine cérémonie des César.


Une intime conviction © 2018 Delante Productions / Memento Films Distribution Tous droits réservés

La sélection 2020 du Festival du Film Français au Japon

Calamity Une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé

La Daronne de Jean-Paul Salomé, avec Isabelle Huppert et Hippolyte Girardot

Fête de famille de Cédric Kahn, avec Catherine Deneuve et Emmanuelle Bercot

Funan de Denis Do

Gogo de Pascal Plisson, sortie française le 13 janvier 2021

Miss de Ruben Alves, avec Alexandre Wetter et Pascale Arbillot

Mon inconnue de Hugo Gélin, avec François Civil et Joséphine Japy

Les Parfums de Grégory Magne, avec Emmanuelle Devos et Grégory Montel

Une intime conviction de Antoine Raimbault, avec Marina Foïs et Olivier Gourmet

Une sirène à Paris de Mathias Malzieu, avec Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima

Une sirène à Paris © 2019 Léa Girardhotti / Overdrive Productions / Entre Chien et Loup / EuropaCorp /
Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés



Critique film

A lire aussi

Laisser un commentaire