Faut-il boycotter Amazon à Noël ?



« Non, il ne faut pas boycotter Amazon, ça serait bien trop simple. On aime bien chercher des grands méchants, on en a trouvé un, c’est Amazon« , estime Roland Lescure, député LREM. À l’inverse, pour Matthieu Orphelin, député non-inscrit, il faut « faire sans Amazon » tant qu’il « ne respecte pas les règles« . Aussi, selon ce dernier, il s’agit de mettre en avant les petits commerces. « Amazon n’est pas une bonne nouvelle pour les petits commerces, Amazon dans les conditions de son développement, aujourd’hui, n’est pas un allié des petits commerces, au contraire il organise, d’une certaine façon, la fin des petits commerces en leur imposant une concurrence déloyale« , précise-t-il. De son côté, Roland Lescure estime que l’opération #NoelSansAmazon n’est autre qu’un « mot-valise« .

Pour le député LREM, la priorité est de s’assurer qu’Amazon « paye ses impôts ». Puis, il souligne l’importance de « numériser les petits commerces« . Néanmoins, Matthieu Orphelin rappelle qu’Amazon « met souvent en avant son soutien aux petits commerces via son Marketplace mais aujourd’hui moins de 5 % des vendeurs disponibles sur Amazon.fr sont des PME françaises, moins de 5 % sont des PME françaises donc le soutien d’Amazon aux petits commerces est tout à fait relatif. »

Matthieu Orphelin est catégorique : « Amazon est le grand gagnant du confinement. » En effet, les ventes sur le site ont explosé. « La richesse de son patron a bondi de 30 %, au premier confinement donc, oui, c’est l’un des seuls grands gagnants de cette terrible crise. D’ailleurs, nous avions proposé, ici, à l’Assemblée Nationale, une taxe exceptionnelle sur les bénéfices exceptionnels qu’a fait Amazon pendant cette crise« , développe le député.

Le député LREM, lui, estime qu’Amazon « reste assez marginal en France« , s’appuyant sur le chiffre de « 2 % du commerce total en France » et de « 20 % du commerce électronique« . Il précise toutefois : « C’est vrai que le confinement, évidemment, a conduit les Françaises et les Français à commander davantage en ligne donc c’est sûr qu’Amazon fait partie des gagnants du confinement. » Avant de conclure : « J’allais dire, c’est normal, ils sont digitaux, on est extrêmement digitaux pendant le confinement, ce qui n’est pas normal c’est qu’ils ne payent pas d’impôts et ça on y remédie. »



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire