« Tout est prêt » pour le retour des étudiants en janvier selon le président de la Conférence des présidents d’université



« Tout est prêt » pour accueillir les étudiants dès la rentrée du 4 janvier, selon le président de la Conférence des présidents d’université, Gilles Roussel. Emmanuel Macron a ouvert la porte à une réouverture des campus plus tôt que prévu, ce vendredi 4 décembre dans son interview au média en ligne Brut.

« Effectivement, si les conditions s’améliorent comme c’est le cas actuellement, ils nous ont demandé de travailler pour reprendre les enseignements progressivement à partir de début janvier », a réagi sur franceinfo Gilles Roussel. Selon lui, « le bilan du télétravail est intéressant mais ne permet pas de remplacer le contact avec les étudiants, l’accompagnement individuel, ni l’entraide entre entre étudiants ».

« On va commencer à travailler et à concerter dès la semaine prochaine avec la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. »

Gilles Roussel, président de la Conférence des présidents d’université

à franceinfo

« On va proposer plusieurs scénarii et en fonction de l’état sanitaire en janvier, on aura le scénario qui devra s’appliquer », précise Gilles Roussel. « Ce qu’on souhaiterait, c’est de progressivement mettre en place des TD. » Le président de la Conférence des présidents d’université rappelle que ce travail avait déjà commencé au premier semestre « avec des distributions de masques et de gel, un sens de circulation dans les couloirs et des jauges dans chacune des salles avec des distanciation entre étudiants. »

« C’est un véritable soulagement », déclare sur franceinfo la présidente de l’Association générale des étudiants de Paris, affiliée à la FAGE, Bérangère Poncet. Les étudiants, menacés par le décrochage, « ont besoin de retourner sur les campus » selon Bérangère Poncet. « Ils ont besoin de social, d’avoir des lieux de travail sains et stables (…) Ce qu’on demandait avec les présidents d’université, c’était un retour à demi-jauge. Le but c’est qu’en février, on ait 100 % des étudiants en présentiels », a-t-elle expliqué.

Elle salue également la nouvelle aide exceptionnelle de 150 euros envisagée par le chef de l’État mais alerte sur la précarité des étudiants étrangers : « Nous ce qu’on demande, c’est qu’il y ait moins de trous dans la raquette et que les étudiants internationaux soient pris en compte. »



francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire