52 350 manifestants en France, dont 5 000 à Paris, selon le ministère de l’Intérieur


Retrouvez ici l’intégralité de notre live #MANIFESTATIONS

19h46 : Ces chiffres sont en baisse par rapport à la semaine dernière, où les marches contre la « sécurité globale » avaient réuni entre 133 000 personnes selon le ministère de l’Intérieur et 500 000 selon les organisateurs. Parmi elles, 46 000 personnes avaient défilé à Paris, selon le ministère de l’Intérieur.

19h46 : Les manifestations contre la « sécurité globale » ont réuni 52 350 personnes aujourd’hui en France, dont 5 000 personnes à Paris, selon le ministère de l’Intérieur.

19h25 : Les manifestants contre la proposition de loi « sécurité globale » qui sont restés sur la place de la République, à Paris, après l’appel à la dispersion sont progressivement repoussés hors de la place par les forces de l’ordre qui utilisent leurs boucliers, note un journaliste sur place.

19h04 : La préfecture de police de Paris indique sur Twitter que « les forces de l’ordre effectuent les sommations » et invite à quitter la place de la République, la manifestation étant officiellement terminée depuis 18 heures.

19h01 : Les tensions sont toujours très importantes, place de la République à Paris, entre les membres du « black bloc » et les forces de l’ordre, rapportent les journalistes sur place. La manifestation contre la proposition de loi sur la « sécurité globale » dans la capitale a été marquée des dégradations et des violences importantes entre casseurs et policiers tout au long de l’après-midi.

19h12 : Par ailleurs, la préfecture de police annonce avoir procédé à huit nouvelles interpellations, pour un total de 30 personnes, après des violences et des dégradations commises par des manifestants cagoulés et vêtus de noir plus tôt dans l’après-midi. Dix-neuf des personnes interpellées ont été placées en garde à vue, précise le parquet de Paris à franceinfo.

19h05 : Une partie des participants à la manifestation parisienne contre la proposition de loi sur la « sécurité globale » est arrivée place de la République, le terme prévu du parcours. Environ 2 000 personnes y sont rassemblées, selon un journaliste de l’AFP sur place.

18h23 : Deux CRS ont été blessés cet après-midi à Nantes lors de la manifestation contre la proposition de loi sur la « sécurité globale ». L’un d’eux a été touché par un cocktail molotov, indique la préfecture de Loire-Atlantique, qui précise que le défilé a réuni 3 000 personnes. Cinq personnes ont par ailleurs été interpellées.

18h33 : Il est l’heure d’un nouveau point sur l’actualité :

Environ 90 rassemblements ont eu lieu en France contre la proposition de loi sur la « sécurité globale », qui ont parfois convergé avec ceux contre la précarité. A Paris, des centaines de casseurs ont incendié plusieurs voitures, endommagé des vitrines de l’avenue Gambetta et jeté des projectiles sur les forces de l’ordre, qui ont répliqué par l’usage de gaz lacrymogènes. Suivez notre direct.

L’un des suspects de l’attentat de la rue des Rosiers, qui avait fait six morts en août 1982 à Paris, a été mis en examen pour « assassinats » et « tentatives d’assassinats », et placé en détention provisoire, a appris franceinfo de source judiciaire.

Les obsèques de l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing, décédé mercredi à l’âge de 94 ans du Covid-19, ont eu lieu ce matin dans la plus stricte intimité dans le petit village d’Authon (Loir-et-Cher).

La navigatrice anglaise Samantha Davies, victime d’une « violente collision » , a été contrainte à l’abandon, a annoncé son équipe. Elle occupait la 12e place mercredi au moment où son bateau a heurté un « ofni » (objet flottant non identifié).

17h47 : Bonsoir . Tout d’abord, les manifestations en plein air restent autorisées par le décret du 29 octobre 2020, même durant le confinement, tant qu’elles sont déclarées à la préfecture et sauf contre-indication de cette dernière. Les manifestants doivent néanmoins respecter la distanciation physique, ce qui, en cas d’affluence, est parfois difficile. Quant aux conséquences de ces dernières sur une éventuelle relance de l’épidémie, c’est effectivement un risque, même s’il est difficile à mesurer, estime la communauté scientifique.

17h57 : Bonjour, comment ça se fait que les manifestations peuvent avoir lieu alors qu’on est en pleine pandémie ? Le non-respect des distances physiques peut relancer la circulation du virus non ?

17h38 : Bonjour @Sa, le texte est accusé par ses détracteurs de porter atteinte « à la liberté de la presse, à la liberté d’expression et à la liberté de manifester », et aussi d’instaurer « des outils de surveillance de masse ». Ma collègue Violaine Jaussent vous en dit plus dans cet article.

17h57 : Bonjour franceinfo, cette proposition de loi sur la « sécurité globale » c’est quoi concrètement ? En attente d’une réponse de votre part, merci Fi.

17h56 : A Paris, où des feux sporadiques ont été allumés le long du défilé contre la précarité et la proposition de loi sur la « sécurité globale », les forces de l’ordre ont scindé en deux la tête de cortège pour permettre l’intervention des pompiers. Les tensions restent encore vives entre les forces de l’ordre et plusieurs centaines de casseurs, selon le journaliste indépendant Clément Lanot.

17h55 : A Marseille, la manifestation contre la proposition de loi sur la « sécurité globale » a rendu hommage à Zineb Redouane, cette octogénaire morte en décembre 2018 à l’hôpital, après avoir été touchée dans son appartement par une grenade lacrymogène tirée par la police lors d’une manifestation de « gilets jaunes ».

(SONIA BOUJAMAA / FRANCE 3 PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR)

17h54 : Il n’y a pas qu’à Paris qu’on manifeste contre la proposition de loi sur la « sécurité globale » : 2 000 personnes ont défilé à Toulouse, quelques centaines à Bordeaux, quelques milliers à Lyon… Excepté à Paris, aucun incident d’ampleur n’a été rapporté.

16h46 : Le ministre de l’Intérieur apporte également son soutien aux « aux forces de l’ordre mobilisées aujourd’hui, parfois face à des individus très violents ».

17h05 : A Paris, 22 personnes ont été interpellées après des heurts entre certains manifestants et des policiers, indique sur Twitter le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

16h32 : A noter que ces tensions ont eu lieu en tête de cortège, et concernent une minorité de manifestants, selon les journalistes sur place, qui indiquent qu’un « black bloc » s’est constitué en tête du défilé.

16h27 : La préfecture de police de Paris indique également sur Twitter être intervenue pour « démanteler une barricade ». Voici une photo de celle-ci, publiée par une photographe de l’AFP sur place.

16h20 : Plusieurs voitures ont par ailleurs été incendiées le long du parcours, rapportent plusieurs journalistes sur place.

16h15 : La manifestation parisienne contre la précarité et la proposition de loi sur la « sécurité globale » se tend à l’avant du cortège. Vers 15h45, des projectiles ont été lancés sur les forces de l’ordre, qui ont répliqué en faisant usage de gaz lacrymogènes. Une vitrine d’une agence immobilière de l’avenue Gambetta a été cassée et des jets de pétards ont également été constatés le long du cortège.

16h29 : Manifestation à Angers, place du Ralliement

16h31 : A Paris, des manifestants portent des tee-shirts où il écrit « stop à l’impunité policière ». A Marseille, le cortège rend également hommage à Zineb Redouane, qui était morte en 2018 après avoir reçu une grenade lacrymogène lancée par un CRS.

15h38 : Plusieurs milliers de personnes, dont de nombreux « gilets jaunes », ont commencé à défiler à Paris contre la précarité et pour les libertés. Initialement prévue comme un rassemblement syndical (CGT, FSU, Solidaires, Unef, UNL, Fidl, MNL) contre la précarité, la la manifestation s’allie avec celle contre les violences policières et la proposition de loi sur la « sécurité globale ».

14h31 : C’est l’heure d’un nouveau point sur l’actualité :

« Pour les droits sociaux et la liberté ». A travers tout le pays, la mobilisation en cours contre la proposition de loi sur la « sécurité globale » converge avec celle prévue contre la précarité, maintenant la pression sur l’exécutif. Vous pouvez suivre notre direct dédié au sujet.

Les syndicats de gardiens de la paix, Alliance police nationale, Unité SGP et Unsa-Police protestent contre les propos d’Emmanuel Macron concernant la question des contrôles au faciès et les discriminations, l’un d’eux appelant les policiers à « ne plus faire de contrôles d’identité ».

Un décret publié au Journal officiel autorise l’accès aux remontées mécaniques pour les « mineurs licenciés au sein d’une association sportive affiliée à la Fédération française de ski » et les « professionnels dans l’exercice de leur activité ». Le décret spécifie que cette mesure entre en vigueur immédiatement.

La navigatrice anglaise Samantha Davies, victime d’une « violente collision » , a été contrainte à l’abandon, a annoncé son équipe. Elle occupait la 12e place mercredi au moment où son bateau a heurté un « ofni » (objet flottant non identifié).

14h32 : A Lille, Strasbourg ou encore Paris, les manifestants continuent de se rassembler. A Bordeaux et Montpellier, les préfets ont interdit tout cortège dans l’hypercentre. A Lyon, la manifestation n’est autorisée que sur la rive gauche du Rhône.

13h51 : Les rassemblements débutent dans plusieurs villes en France. A Toulouse un cortège est parti ce matin.

14h34 : Face aux manifestations annoncées partout en France,Christian Baulme, le président de l’association Commerçants et artisans des métropoles de France, réclame des « zones commerciales protégées » et que les centre-villes soient interdits aux manifestations. « Il faut qu’on trouve des outils pour se régénérer, pour que nos centres-villes ne soient pas vides au détriment des centres commerciaux ».

14h38 : A Rennes, esplanade Charles-de-Gaulle et boulevard Magenta, des manifestants commencent à se rassembler pour dénoncer la proposition de loi sur la « sécurité globale ». France Bleu Armorique est sur place.





francetvinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire