Macron décrète un jour de deuil national mercredi 9 décembre, en hommage à Valéry Giscard d’Estaing


Le président Emmanuel Macron a rendu hommage, ce jeudi 3 décembre, au président Valéry Giscard d’Estaing, décédé mercredi des suites du Covid-19 à l’âge de 94 ans. « Il part en des temps tourmentés, victime à son tour de ce mal contre lequel nous luttons », a déclaré le chef de l’Etat, saluant « une figure centrale de l’histoire de notre République ».

« La défense des femmes, le divorce par consentement mutuel, l’IVG. […] Si nos vies sont plus libres, c’est aussi à son courage et son audace que nous le devons. […] Si notre continent est plus fort, c’est aussi à sa passion européenne que nous le devons. »« Valéry Giscard d’Estaing était davantage un homme d’Etat qu’un homme politique »

Le président de la République a également évoqué sa génération « née sous sa présidence » : « J’appartiens à une génération qui est née sous sa présidence et qui, sans doute, n’a pas toujours mesuré à quel point Valéry Giscard d’Estaing avait changé la France. »

« Il a regardé notre pays en face avec les yeux d’une génération nouvelle qui a voulu le progrès sans sacrifier nos libertés. […] Le temps, à la fin, dévoila l’homme derrière le président. Le romancier, l’essayiste, l’homme d’émotion. »

Les six principales réformes de Valéry Giscard d’Estaing

Pas d’obsèques nationales

Emmanuel Macron a confirmé que son prédécesseur et sa famille ne souhaitaient pas, « par pudeur », un hommage national, contrairement à celui qui avait été organisé pour Jacques Chirac en 2019.

Les obsèques de Valéry Giscard d’Estaing auront ainsi lieu « dans la plus stricte intimité familiale » à Authon, dans le Loir-et-Cher, ce samedi, a annoncé son entourage à l’AFP. L’ancien président de la République devrait être enterré auprès de sa plus jeune fille Jacinte, décédée en 2018 d’une longue maladie.

Selon Catherine Meyer, responsable communication du diocèse de Blois, les obsèques seront célébrées par l’évêque de Blois, Mgr Jean-Pierre Batut. Cette cérémonie « sera strictement familiale et l’église sera fermée aux villageois. Toute la famille (du défunt, ndlr) ne sera même pas présente parce que l’église est toute petite et avec les mesures sanitaires, on ne peut utiliser qu’un banc sur deux », a-t-elle expliqué à l’AFP.

En accord avec la famille, le chef de l’Etat a en revanche décrété un jour de deuil national mercredi prochain, le 9 décembre, en hommage à l’ancien président.

« Le 2 février prochain, jour de sa naissance, un hommage solennel sera organisé au Parlement européen de Strasbourg », a ajouté Emmanuel Macron.

Giscard d’Estaing : le ballon pour la com, le fusil pour le plaisir





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire