Le brief éco. PME et ETI exportent plus qu’on ne croit


Des conteneurs au port de Fos-sur-Mer, le 23 juillet 2020. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

C’est une étude publiée par Business France sur la base de données communiquées par les Douanes. Business France est la structure chargée du développement international des entreprises tricolores. Alors qu’elles représentent aujourd’hui 99% du nombre total des exportateurs français, PME et ETI ont contribué l’année dernière à hauteur de 220 milliards d’euros sur les 510 milliards de biens exportés.

La tendence est encourageante. Depuis l’année dernière, la crise a eu un impact sur les exportations française, bien sûr, à cause du Covid-19. Selon les Douanes, elles ont reculé de près d’un quart au premier semestre. La perte s’est élevée à cinquante milliards d’euros, exception faite des produits pharmaceutiques et agricoles dont les ventes ont augmenté pendant la même période. Mais le plus important est de constater que l’an dernier, près de 4 000 entreprises françaises se sont lancées pour la première fois à la conquête de marchés étrangers, pour la plupart des PME et micro-entreprises. C’était avant la crise, mais le signal est positif. C’est un véritable encouragement.

Amplifier ce mouvement revient à créer un terrain favorable pour ces petites et moyennes entreprises qui ne demandent qu’à développer leurs marchés à l’étranger. Cela signifie : renforcer la qualité des produits français pour monter en gamme (c’est l’un des points d’achoppement de la production française aujourd’hui) et produire de meilleure qualité. Cela permettra de séduire une clientèle internationale qui n’hésitera pas à mettre le prix.

C’est ce que fait l’Allemagne depuis bien longtemps : qualité et fiabilité de la production fait toujours sa différence à l’export. Cela passe par la priorité donnée à l’innovation. Exemple concret dans le secteur de la défense. La ministre des Armées Florence Parly annonce, avec la Banque publique d’investissement Bpifrance, vendredin, le déploiement d’un fonds innovation doté de 200 millions d’euros. Il sera destiné à de jeunes entreprises et des PME qui développent des technologiques innovantes présentant un intérêt pour la défense. Reste à élargir cette ambition à d’autres secteurs.



FranceTVinfo

A lire aussi

Laisser un commentaire