la France n’exclut pas le veto si l’accord n’est « pas bon »


La France pourrait opposer son veto à l’accord commercial post-Brexit entre le Royaume-Uni et l’Union européenne s’il n’était pas satisfaisant, a déclaré le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune ce vendredi 4 décembre.

« Je veux dire à nos pêcheurs, à nos producteurs, aux citoyens qui nous écoutent, que nous n’accepterons pas un accord de mauvaises conditions », a déclaré Clément Beaune, invité d’Europe 1 ce matin :

« J’espère encore que l’on peut avoir un accord mais nous n’accepterons pas un accord mauvais pour la France. S’il y avait un accord et qu’il n’était pas bon, nous nous y opposerions avec un droit de veto. »Vers un « no deal », les discussions sur le Brexit « achoppent sur tout, tout ! », s’emporte Macron

Peu de temps pour trouver un accord

Les négociateurs britanniques et ceux de l’Union européenne n’ont plus que quelques jours pour tenter de conclure un accord de libre-échange prêt à entrer en vigueur au 1er janvier, à la fin de la période de transition qui court depuis le 31 janvier dernier, date officielle du Brexit.

Faute d’accord, les échanges entre les 27 et le Royaume-Uni se feraient selon les règles de l’Organisation mondiale du commerce, synonymes de quotas et de droits de douanes.

> Plus d’informations à venir…





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire