Les 10 peaux de banane que Trump laisse à Biden



Comme souvent avec les institutions américaines, c’est une relique qui a mal vieilli, un délai trop long, hérité de l’époque où les politiciens circulaient à cheval : la transition entre l’élection d’un nouveau président et sa prise de fonction est généralement vécue comme une bizarrerie de l’histoire dont on s’accommode, même si l’intervalle (72 à 78 jours, selon la date de l’élection) a été raccourci en 1933, sans quoi Joe Biden aurait dû poireauter jusqu’au 4 mars.

Mais avec Donald Trump, rien n’est normal. Refusant d’accepter sa défaite, il s’est mis en tête de savonner la planche à son successeur et d’accélérer tous les mauvais coups possibles. Un vrai champ de mines, et il reste 7 semaines à tirer. Petite revue de détail de ce qui a été fait, de ce qui est en cours… et de ce qui pourrait arriver.

« Trump ouvre une période extrêmement dangereuse »

1. Iran

Est-ce un piège ? L’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, le « Robert Oppenheimer » du nucléaire iranien, est presque certainement le fait d’Israël, et l’on ne peut imaginer qu’un tel acte ait pu être commis sans consultation de Washington et de Ryad. Benjamin Netanyahu (Premier ministre israélien), Mike Pompeo (secrétaire d’Etat américain) et Mohammed ben Salmane (prince héritier saoudien) s’étaient rencontrés à Neom, près de la Mer rouge, le 22 novembre.

Cet assassinat semble guidé par deux objectifs. Un, provoquer une riposte iranienne qui justifierait une opération militaire contre le régime de Tééhran et ses installations n

Pour lire les 85 % restants,
testez l’offre à 1€ sans engagement.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire