La Bourse de Paris reprise par les craintes à court terme (-0,90%)


La Bourse de Paris évoluait en nette baisse de 0,90% à mi-séance jeudi, l’évolution à court terme de l’épidémie aux Etats-Unis et les inquiétudes sur le plan de relance européen obscurcissant les perspectives retrouvées à moyen terme.

L’indice CAC 40 perdait 49,67 points à 5.461,78 points vers 12H25. La veille, il avait progressé de 0,52%.

La tendance était similaire du côté des autres places européennes: Londres perdait 1,05% et Francfort 1,07%.

Les marchés américains, en baisse depuis deux jours, étaient également mal orientés dans les échanges d’avant- séance, alors que les conséquences de la reprise de l’épidémie de Covid-19 se font de plus en plus sentir outre-Atlantique. Le contrat à terme du Dow Jones reculait de 0,39% et celui de l’indice technologique Nasdaq de 0,45%.

La ville de New York a fermé ses écoles dès jeudi, tout en prévenant que d’autres restrictions étaient envisagées.

« Le sentiment des investisseurs est désormais alourdi par le durcissement des restrictions, ce qui contrebalance les progrès sur le développement des candidats-vaccins », résume Pierre Veyret, analyste technique d’ACtive Trade.

Les conséquences économiques des restrictions sanitaires « entraînent des pertes d’activité irrémédiables pour certains secteurs avec beaucoup d’emplois détruits de façon permanente » a rappelé dans une conférence de presse Benoit Peloille, stratégiste de Vega IM.

Les marchés européens sont aussi plus fébriles concernant le plan de relance que doit mettre en place l’Union européenne, en raison du blocage de la Pologne et la Hongrie.

La mise en place du plan doit être réalisée « sans délai » a insisté la présidente de la BCE Christine Lagarde jeudi, avant que les Vingt-Sept ne se réunissent dans la journée en visioconférence pour sortir de cette crise.

La baisse de l’indice parisien n’est toutefois pas dramatique au regard des douze hausses sur les quatorze dernières séances, du jamais vu depuis novembre 1999 « en pleine bulle Internet », rappelle Franklin Pichard, directeur général de Kipling Finance.

Veolia – Suez, nouvel épisode

La cour d’appel de Paris a confirmé jeudi en tout point l’ordonnance de référé qui avait suspendu l’opération d’acquisition par Veolia des actions (29,9%) détenues par Engie dans Suez, selon l’arrêt consulté par l’AFP.

Veolia se repliait de 1,25% à 18,58 euros, et Suez de 0,03% à 16,20 euros.

Les valeurs dépendantes de l’activité économique en difficulté

La tendance de marché pesait sur les valeurs dont l’activité est le plus dépendant de l’activité économique globale et qui ont fortement bénéficié des espoirs autour des candidats-vaccins.

Les banques reculaient comme Société Générale (-3,11% à 15,91 euros), l’industrie aéronautique comme Safran (-2,21% à 119,65 euros).

A l’inverse, les gagnants de la pandémie se portaient mieux, comme Delivery Hero à Francfort (+1,79% à 97,64 euros) ou Dassault Systemes (+0,03% à 155,25 euros) en France.

Thyssenkrupp augmente le nombre de ses licenciements

Le conglomérat allemand a annoncé jeudi la suppression de 5.000 emplois supplémentaires « dans les trois prochaines années », s’ajoutant aux 6.000 suppressions déjà annoncées, après un exercice 2019/2020 plombé par la crise du Covid-19. Il reculait de 6,34% à 4,59 euros.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire