Coronavirus: Merkel plaide pour un durcissement, les Länder préfèrent attendre



BERLIN (Reuters) – Angela Merkel a déclaré lundi que les dirigeants des Länder allemands s’étaient opposés à ses efforts visant à imposer des restrictions plus dures afin de lutter contre une deuxième vague épidémique liée au nouveau coronavirus.

Deux semaines après l’instauration d’un confinement partiel, la chancelière s’est entretenue avec les seize dirigeants régionaux lors d’une réunion à Berlin.

« La majorité des Länder a refusé de modifier les mesures légales un peu plus d’une semaine avant une prochaine réunion (…). J’aurais pu imaginer d’imposer aujourd’hui de nouvelles restrictions sur les contacts », a expliqué Angela Merkel lors d’une conférence de presse.

L’Allemagne a imposé le 2 novembre une « confinement allégé » pour une durée d’un mois. Les bars et restaurants sont fermés, mais les écoles et magasins restent ouverts. Les rassemblements sont limités à un maximum de 10 personnes en provenance de deux foyers familiaux différents.

Angela Merkel a notamment proposé d’imposer le port du masque obligatoire dans les écoles, de réduire les effectifs dans les classes et de recommander à la population de limiter les contacts à un seul foyer ou ami.

« Les restrictions de contacts sont la clé du succès. Il en faut davantage », a plaidé la chancelière, qui réunira de nouveaux les ministres-présidents des Länder le 25 novembre.

(Andreas Rinke, Sabine Siebold; version française Jean-Stéphane Brosse)



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire