Les forces afghanes capturent le cerveau de l’attaque contre l’université de Kaboul


Les forces afghanes ont capturé le « cerveau » de l’attaque du 2 novembre contre l’université de Kaboul où au moins 22 personnes, des étudiants pour la plupart, ont été tuées, a annoncé un haut responsable samedi.

Au moins 27 personnes ont également été blessées lorsque trois hommes armés ont pris d’assaut l’université pendant des heures, allant de salle en salle à la recherche de victimes.

« Le cerveau de l’attaque de l’université de Kaboul a été arrêté », a annoncé le vice-président Amrullah Saleh sur sa page Facebook.

L’attaque, durant laquelle les trois assaillants ont été tués, avait été planifiée par un insurgé nommé Adil, selon M. Saleh.

Il avait été recruté par le réseau Haqqani, a-t-il précisé, faisant référence à un groupe lié aux talibans, crédité des attaques les plus complexes.

« L’attaque a été menée afin de diffamer et de faire pression sur le gouvernement, ainsi que de lui donner l’air faible devant le peuple », a continué M. Saleh, sans donner le nom de famille de Adil.

Le massacre a eu lieu en plein jour, alors que les violences n’ont fait qu’augmenter à travers l’Afghanistan ces derniers mois malgré l’ouverture de pourparlers de paix à Doha entre les talibans et le gouvernement en septembre.

Adil, un ancien étudiant de la charia (loi islamique), venait de la province du Panjshir, mais sa famille vivait dans les environs de Kaboul, a expliqué M. Saleh, ajoutant qu’Adil « avait disparu depuis trois ans et, selon des rumeurs, était parti s’entraîner pour la guerre ».

Selon le vice-président, Adil a confessé durant son interrogatoire avoir reçu des armes du réseau Haqqani, auquel de multiples attaques sanglantes contre les forces étrangères et des civils ont été attribuées au fil des ans.

Un photographe dans un bureau carbonisé de l’université de Kaboul, au lendemain d’une attaque par des hommes armés, le 3 novembre 2020 en Afghanistan (AFP/Archives – WAKIL KOHSAR)

Peu après l’attentat, plusieurs hauts responsables ont accusé les talibans d’en être les auteurs.

C’est cependant le groupe Etat Islamique qui a revendiqué le massacre, alors que les talibans ont rejeté les accusations de M. Saleh.

Quelques jours avant l’attaque de l’Université, l’EI avait déjà revendiqué une attaque suicide près d’un centre éducatif à Kaboul, qui avait tué 24 personnes.



challenges

A lire aussi

Laisser un commentaire