Le Parti communiste songe à présenter une candidature pour 2022, malgré Mélenchon


Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), affirme ce vendredi 13 novembre dans un entretien au quotidien « l’Humanité » qu’une candidature communiste à la présidentielle de 2022 ne serait « pas une surprise », quelques jours après l’annonce de celle de l’« insoumis » Jean-Luc Mélenchon.

Aspirer les Verts, surveiller Montebourg, rassurer les laïques… Les 12 travaux du candidat Mélenchon pour 2022

Le numéro un du Parti communiste avait réagi sans enthousiasme, dans un tweet, à l’annonce du leader de La France insoumise : « Jean-Luc Melenchon a fait son choix. Je le respecte. Les communistes feront le leur en temps voulu. Pour l’instant, la priorité est à faire face à la pandémie, à résister et à agir pour nos concitoyens. »

Le risque de l’abstention massive

Dans l’entretien accordé à « l’Humanité », Fabien Roussel indique que la candidature de Jean-Luc Mélenchon « n’est pas une surprise. Et ce ne sera pas une surprise non plus si nous décidons collectivement de présenter un candidat communiste », a-t-il affirmé.

« Nos concitoyens doivent avoir le choix. » Mais « la dispersion des candidatures [à gauche] ne doit pas cacher et ne peut résumer le problème majeur, l’abstention de millions de nos concitoyens ou le dévoiement de leurs exigences dans des votes qui ne débouchent sur aucune avancée réelle pour y répondre », a-t-il ajouté.

Mélenchon voudrait rallier à lui Montebourg

Le numéro un du PCF craint également qu’en raison de la crise sanitaire, « si on organise un vote sans campagne, on risque un taux d’abstention très élevé ».

« Si on doit vivre avec le virus, on doit pouvoir faire vivre la démocratie. Des solutions pour faire campagne, même par petits groupes, doivent être trouvées. »

« Un confinement doux avec les gros et dur pour les petits »

Interrogé par ailleurs sur la proposition de loi « Sécurité globale » que prépare LREM, le député du Nord a affirmé que le PCF présenterait ses propres « propositions d’ici à la fin de l’année », qui « seront en décalage avec celles faites par la majorité et la droite, qui parlent la même langue, entre privatisation de la sécurité et atteinte à la liberté de la presse. Ces mesures porteront sur les moyens, les missions, le lien entre polices nationale et municipale ».

Olivier Faure, le socialiste qui rêve d’un « Printemps de la gauche et de l’écologie »

Enfin, sur le confinement, dont le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi 12 novembre le prolongement au moins jusqu’au 1er décembre, Fabien Roussel a estimé qu’il s’agissait d’« un confinement libéral, doux avec les gros et dur pour les petits ».

« Avec cette pandémie, nous traversons une crise de civilisation. Le retour à la normale annoncé en 2022 par Bruno Le Maire [ministre de l’Economie] est un mensonge, le virus accélère et décuple une crise profonde, économique, sociale, démocratique. Le congrès du Parti communiste [mi-juin 2021, NDLR] devra en prendre la mesure et construire des réponses à la hauteur, en actualisant son projet et ses propositions, à l’aune de ces crises », a-t-il avancé.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire