Jean Castex tiendra une conférence de presse jeudi, l’allègement du confinement pas à l’ordre du jour


Le Premier ministre Jean Castex prendra la parole jeudi 12 novembre à 18 heures, après la tenue d’un nouveau conseil de défense à l’Elysée, annonce Matignon.

Cette conférence de presse intervient deux semaines après le reconfinement du pays pour affronter la seconde vague de l’épidémie de Covid-19. Ce second confinement, en vigueur depuis le 30 octobre, s’avère pour l’heure bien moins strict que celui qui avait paralysé le pays entre le 17 mars et le 11 mai.

Deuxième vague du Covid-19 : « Le pic de l’épidémie est devant nous »

Le 28 octobre, lors de son allocution télévisée, le président de la République Emmanuel Macron avait promis qu’un point serait fait sur l’évolution de la situation sanitaire « quinze jours » après le début de ces nouvelles mesures.

« On ne s’oriente pas vers un desserrage »

Selon des sources concordantes au sein de la majorité auprès de l’AFP, il sera cependant « trop tôt pour prendre des décisions » afin d’assouplir les restrictions, en dépit d’appels provenant notamment des petits commerçants. Ce point presse, devenu hebdomadaire mais animé parfois par le ministre de la Santé Olivier Véran, sera précédé, dans la matinée, par un conseil de défense à l’Elysée dédié au Covid-19.

Et si le virus du Covid-19 résistait malgré tout aux vaccins ?

La conférence de presse du Premier ministre sera « surtout pédagogique », a indiqué un conseiller de l’exécutif à l’AFP. La liste des ministres y participant n’est pas encore arrêtée. « On ne s’oriente pas du tout vers un desserrage pour les commerces », a-t-il ajouté.

« C’est un peu tôt. Il y a des premiers indicateurs qui ont été évoqués par Olivier Véran mais la baisse n’est pas suffisamment forte et on n’a pas suffisamment de recul pour savoir si ce n’est que conjoncturel ou tendanciel. »

« Faire appel à la discipline des gens »

C’est le même message qu’a passé ce mardi matin sur France-Inter Christophe Castaner, président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, pour qui il n’est pas encore temps de rouvrir les petits commerces.

Selon un cadre de la majorité interrogé par l’AFP, « ce n’est pas trahir de grand secret que de dire qu’il est très peu probable que le 12 novembre la situation soit allégée » pour ces commerces.

« L’objectif est que d’ici le 1er décembre on puisse alléger la contrainte pour que les courses de Noël puissent se dérouler normalement. D’ici-là, il faut faire appel à la discipline des gens », a ajouté cette source.





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire