Fox News coupe la porte-parole de Trump en plein direct après de nouvelles accusations de fraude


Le torchon brûle entre le camp républicain et Fox News, la chaîne conservatrice américaine. Le présentateur vedette de la chaîne conservatrice a coupé Kayleigh McEnany, la porte-parole de la Maison-Blanche, qui, lors d’une conférence de presse, s’est lancée dans une attaque contre « les votes illégaux » du camp démocrate. « Oh, oh, oh, je dois être très clair, elle accuse l’autre camp de se féliciter de la fraude », a lancé Niel Cavuto, lundi, en plein direct sur Fox News.

> Voir la vidéo ci-dessous :

« A moins qu’elle n’ait plus de détails pour étayer ses accusations, je ne peux pas continuer à vous montrer ça », s’est justifié Niel Cavuto.

La rupture est donc consommée entre la chaîne de Rupert Murdoch et les soutiens de Donald Trump, qui refusent toujours d’accepter la défaite de leur candidat à la présidentielle américaine et affirment que l’élection n’est pas terminée.

Longtemps loyale à l’actuel locataire de la Maison-Blanche, Fox News a clairement affiché la rupture le 3 novembre dernier, dès 23h30, en se hâtant pour être la première à annoncer le victoire de Joe Biden dans l’Arizona, un Etat traditionnellement républicain.

Joe Biden peut-il guérir les plaies de l’Amérique ?

L’équipe Trump avait appelé la chaîne à se rétracter, en vain, alors que d’autres médias se gardaient eux de déclarer un vainqueur, en attendant la fin du comptage des bulletins dans cet Etat-clé.

Ce tournant intervient après un soutien affirmé de Fox News qui durait depuis 2016. Désormais, le torchon brûle : « Fox News sucks ! » soit « « Fox News craint ! », lancent désormais des partisans de Trump contre l’ancien allié.

Trump, coupé lui aussi

Le ton change aux Etats-Unis où plusieurs chaînes n’hésitent plus à couper jusqu’à l’actuel président lorsque ses accusations sont faites sans aucun élément ni preuve. Cela s’est notamment produit lors de la première prise de parole de Donald Trump depuis la nuit de l’élection.

Comment les républicains, minoritaires en voix, dominent la scène politique américaine

Alors que le dépouillement des voix se poursuivait, Donald Trump venait de dire, depuis la Maison Blanche, qu’il allait gagner « facilement » si « les votes légaux » étaient comptés, mais que si l’on incluait « les votes illégaux », les démocrates pouvaient « essayer de nous voler l’élection ».

Très vite, la chaîne MSNBC avait cessé sa diffusion en direct.

« Bon, nous voilà encore dans la position inhabituelle de devoir non seulement interrompre le président des Etats-Unis, mais aussi de corriger le président des Etats-Unis », lâchait alors le présentateur, Brian Williams.

Les chaînes NBC News et ABC News avaient elles aussi interrompu la diffusion de cette conférence de presse.

Nancy MacLean : « Les faiseurs de Trump sont toujours là »

CNN avait quant elle décidé de ne pas couper le micro à Donald Trump, mais son présentateur vedette, Jake Tapper, avait enchaîné avec une condamnation sans appel du chef de l’Etat.

« Quelle triste nuit pour les Etats-Unis d’Amérique de voir leur président (…) faussement accuser les gens d’essayer de voler l’élection », déclarait-il, en fustigeant un « tissu de mensonges ».





nouvelobs

A lire aussi

Laisser un commentaire